vendredi 7 mai 2021

TROIS

 


Synopsis

« Je m'appelle Virginie. Aujourd'hui, de Nina, Adrien et Etienne, seul Adrien me parle encore.
Nina me méprise. Quant à Etienne, c'est moi qui ne veux plus de lui. Pourtant, ils me fascinent depuis l'enfance. Je ne me suis jamais attachée qu'à ces trois-là. »

1986. Adrien, Etienne et Nina se rencontrent en CM2. Très vite, ils deviennent fusionnels et une promesse les unit : quitter leur province pour vivre à Paris et ne jamais se séparer.
2017. Une voiture est découverte au fond d'un lac dans le hameau où ils ont grandi. Virginie, journaliste au passé énigmatique, couvre l'événement. Peu à peu, elle dévoile les liens extraordinaires qui unissent ces trois amis d'enfance. Que sont-ils devenus ? Quel rapport entre cette épave et leur histoire d'amitié ?

« Je m'appelle Virginie. Aujourd'hui, de Nina, Adrien et Etienne, seul Adrien me parle encore.
Nina me méprise. Quant à Etienne, c'est moi qui ne veux plus de lui. Pourtant, ils me fascinent depuis l'enfance. Je ne me suis jamais attachée qu'à ces trois-là. »

Nina, Adrien et Etienne. Les trois se sont rencontrés en 1986 dans la cour de l'école primaire Pasteur le jour de la rentrée en CM2, dans le petit village de La Comelle.
Adrien est châtain foncé, très mince, tellement timide qu'il semble caché derrière lui-même.
Etienne est grand, les traits fins, les cheveux bonds, des yeux bleu piscine qui marquent ceux qui le croisent.
Nina possède la grâce d'une biche. Des yeux d'ébène, une peau brunie par le soleil d'été. 

Depuis cette rencontre, ils passent tout leur temps libre ensemble. Ils rient des mêmes choses. Nina est leur trait d'union, sans elle, Adrien et Etienne ne se voient pas. Ils étaient trois ou rien. Ils se font la promesse qu'une fois le bac en poche, ils quitteraient La Comelle pour poursuivre leurs études à Paris, tous les trois, et ne jamais se séparer. 

Trente et un ans après, ils ne se voient plus, ne se parlent plus. 

2017, à La Comelle, on découvre une voiture au fond du lac. Celui où tous les jeunes se retrouvaient le soir. L'événement attire les curieux. Virginie, journaliste au passé énigmatique, couvre l'affaire de la voiture du lac. Cette affaire fait parler au village. 

Depuis quand, cette voiture traîne t-elle au fond des eaux du lac ? 
Remontons le temps grâce à Virginie qui se souvient des trois et de leurs liens inatteignables pour autrui et totalement atypiques. Virginie dévoile trente et un ans de liens extraordinaires. 

Mais peut-on y voir un lien avec la découverte de cette voiture au fond du lac ?  
Les choses de la vie, le temps qui passe...

Quel moment lecture !! Se laisser envoûter par les mots de Valérie Perrin, découvrir lentement les fils de l'intrigue et les personnages, se replonger avec délectation dans la période de l'adolescence et surtout dans les années 80s, 90s, et 2000. Que de souvenirs, du coup, à la lecture de ce roman. 

Des personnages très attachants, que l'on apprend à connaître petit à petit grâce à des flash-backs jusqu'au moment de leur rencontre en 1986 en classe de CM2. Trois personnages, 2 garçons, 1 fille, et une magnifique histoire d'amitié assez atypique car très fusionnelle dès le départ. Peu de liens amicaux de ce genre existent. On vit des moments forts de leur enfance, de leur adolescence, de leur vie de jeunes adultes à leur côté. Personnages attachants, extrêmement bien travaillés par l'auteure avec des caractères bien différents, des émotions rendues très réelles et que l'on perçoit d'une façon magnifique et très parlante. 

J'ai envie de dire également que parmi les personnages du roman, l'amitié est à elle seule une superbe héroïne. Elle est si bien mise en avant par Valérie Perrin qu'on la place au même niveau qu'un des personnages du roman. C'est superbe...

Les personnages secondaires sont tout autant intéressants que les personnages principaux. Ils sont essentiels à l'histoire, très présents dans la vie des trois. 

Une histoire intense qui entre en vous. Elle est riche en émotions diverses et elle ne vous lâchera pas de sitôt. Les rebondissements sont nombreux. Dès le début du roman, on comprend donc qu'en 2017, le trio d'amis ne se parlent plus, ne se voient plus. Pourquoi ? Que s'est-il passé entre eux ? Pourquoi cette si belle amitié, fusionnelle et atypique, n'existe plus en 2017 ? 
Nous allons le découvrir au fil des pages grâce à l'alternance de chapitres entre 2017 et remontées dans le temps depuis 1986. On découvre alors leur vie, leurs états d'âme, leurs moments de joie, leurs peines, leurs questionnements, leurs doutes, leurs envies, leurs serments, leurs trahisons, leurs années d'école, d'adolescence... C'est intense. 

Valérie Perrin met en avant également des vies dans un petit village de campagne, où tout le monde se connaît, où tout le monde sait tout sur tout le monde, et les inconvénients et le mal qu'il peut y avoir dans ce cas de figure. Elle met en avant ces trois jeunes qui une fois leur bac en poche rêvent de quitter ce petit village de campagne pour venir à Paris et s'en font la promesse.

Il y a également une intrigue tout au long du roman. En 2017, on retrouve, au fond du lac du village, une voiture. 
Une voiture extrait de la vase et de l'eau insalubre. Une voiture qui visiblement serait là depuis de nombreuses années. Tout le roman tourne autour de cette intrigue à la façon d'une enquête. 
On se doute au début du roman qu'il y a peut-être un lien entre la voiture et l'histoire des trois. Mais qu'en est-il exactement ? Les informations vont alors nous êtres distribuées avec parcimonie tout au long du roman et ainsi faire perdurer le suspense. Et en effet, on ne saura le fin mot qu'au moment du dénouement sur les dernières pages du roman. Le suspense est à son comble de ce côté. 

Valérie Perrin aborde dans ce roman des thèmes forts, et je ne vous en dévoilerai pas trop à ce sujet car ils sont au coeur de l'intrigue du roman mais je peux vous en citer quelques uns : Valérie Perrin aborde le deuil, la maladie, la famille, mais aussi le milieu des refuges d'animaux. C'est appondit, très intéressant, et traité avec beaucoup de justesse et d'émotions. On retrouve également des thèmes sur la vie, j'entends parle-là que Valérie Perrin parle très bien du passage de l'enfance à l'adolescence puis du passage de l'adolescence à la vie d'adulte. C'est très intéressant, très vrai, très parlant. Pas de tabous ici. Tant de messages forts, de thèmes forts, mais je ne peux trop en dévoiler. 

J'ai beaucoup aimé les époques 80s, 90s, 2000, parfaitement retranscrites et très parlantes là aussi pour le lecteur qui a vécu ces années là. C'est une vrai fresque générationnelle qui prend le rythme de chansons qui marqué chacun d'entre nous. Le roman vibre aux sons du groupe Indochine, d'Etienne Daho, Joe Dassin, Alain Bashung, Francis Cabrel, et tant d'autres encore. Indochine tient une place importante dans ce roman, et le roman est d'ailleurs "dédicacé" à Nicola Sirkis le chanteur du groupe, il y avait également si je ne me trompe pas un album d'Indochine qui portait le titre Trois, un chiffre que l'on retrouve aussi dans certains titres de leurs chansons (3ème sexe, 3 nuits par semaine).
Il y a beaucoup de références culturelles mais aussi de références événementielles historiques, sociales, et culturelles, de ces années là. J'ai beaucoup aimé, cela m'a fait remonter beaucoup de souvenirs, ayant vécu moi-même ces années. On revit trois décennies aux côtés des trois. 

Le début du roman démarre par une narration faite par Virginie, journaliste qui va s'occuper de couvrir l'affaire de la voiture retrouvée au fond du lac. Virginie semble proche des trois. Cette narration ajoute beaucoup dans le côté suspense. Qui est Virginie ? Au début du roman, on sait qu'aujourd'hui, de Nina, Adrien et Etienne (le trio d'amis), seul Adrien lui parle encore. Nina la méprise, et Etienne c'est Virginie qui ne veut plus le voir. Toute l'histoire des trois nous sera alors révélée par Virginie. Ce choix de narration est judicieux et rend ce roman si étonnant.

L'écriture est superbe, intense, elle offre une émotion palpable, à chaque page tournée. La façon d'écrire de Valérie Perrin donne l'impression d'immerger totalement dans le roman et dans l'histoire, de vivre les situations avec autant d'intensité que pour les personnages. On se sent impliqué dans l'histoire, peut-être aussi parce que l'histoire parle forcément à tous d'une certaine façon. La plume de Valérie Perrin est à la fois fluide, intense, et addictive. 

Tant de choses encore à dire sur ce roman..... 

Un roman qui bouleverse et qui rend nostalgique. 
Une histoire intense qui vous replongera dans trois décennies, les 80s, les 90s et les années 2000. 
Je ne peux que conseiller cette superbe lecture aux moments forts.



Merci aux Edtions Albin Michel pour cette lecture.

mardi 27 avril 2021

Les trois vies de Suzana Baker



Synopsis

Quand Lauren Moore, professeur d’Histoire contemporaine à Boston, reçoit pour son anniversaire un test génétique destiné à établir ses origines généalogiques, elle trouve le cadeau de sa fille Emily très amusant. Ce test est très en vogue parmi ses collègues historiens.

Quelle n’est cependant pas sa surprise quand elle en découvre les résultats, divulguant des origines ignorées de tous jusque-là. Une ascendance qui remet en question toute son existence ainsi que celle de sa fille et balaie d’un coup ce qu’on lui a toujours raconté de ses ancêtres.
Qui peut l’aider à résoudre ce mystère ? Sa mère Suzana, âgée de quatre-vingt-neuf ans et atteinte de la maladie d’Alzheimer, est dans l’incapacité de l’éclairer. Il semblerait pourtant qu’elle ait caché un secret que personne ne soupçonnait. Pourquoi aurait-elle menti ?

Pour Lauren et sa fille, c’est le début d’un long périple qui les mènera des USA, en passant par la France, jusque dans les contrées lointaines de l’Est européen. Une quête de la vérité, mais aussi la découverte d’une histoire incroyable qui va changer leur vie…
Deux voyages inversés – l’un vers des origines inconnues, l'autre pour survivre.



Pour ses cinquante ans, Lauren, professeure d'histoire contemporaine à Boston, s'est vu offrir un test ADN par sa fille. Test censé déterminer ses origines ethniques et qui lui permettrait d'identifier des cousins génétiques dont elle ignorait l'existence. Un test ADN très à la mode comme cadeau en ce moment. Lauren n'en attendait pas grand-chose d'autre qu'un aspect divertissant. Elle n'en demeurait pas moins curieuse. 

Massachusetts, nous sommes au mois de Mai 2019, et toute la famille s'est réunie pour fêter les 89 ans de la mère de Lauren. Un bel âge pour Suzana, malheureusement elle ne peut partager le bonheur de tous, atteinte de la maladie d'Alzheimer. Tout le monde est là autour de Suzana, les amis de Lauren, son ex mari Oliver, sa fille Emily. C'est lors de ce week-end anniversaire que Lauren reçoit les résultats de son test ADN. Des résultats surprenants : elle était Irlandaise à 35,2%, Anglaise à 7,8%, Norvégienne à 6,9%, et majoritairement Juive ashkénaze à 50,1%.
Comment ce test pouvait-il scientifiquement établir que Lauren avait des origines juives ? C'était incompréhensible au regard de celles de ses parents, et de la foi catholique dans laquelle ils l'avaient élevée. 

Lauren ignore comment elle allait parvenir à gérer cette découverte génétique vis-à-vis de sa fille, de sa mère, de tout le monde, d'ailleurs. 

Qui peut lui venir en aide pour en savoir plus sur ses origines ? Suzana ? Non, atteinte de la maladie d'Alzheimer, le passé de Suzana s'est envolé.
Lauren va devoir parcourir les traces du passé de sa mère en quête de ses origines. Ce qu'elle va découvrir va la surprendre. Elle en vient même à se poser la question si Suzana est bien sa mère...
Pourquoi Suzana avait-elle romancé sa vie ? 

Au fil de ses découvertes, Lauren est déconcertée. Sa fille Emily se sent elle aussi concernée par ses origines, et propose à sa mère de partir pour un long voyage qui va les mener de la France, jusqu'en Allemagne, en Suisse...en quête de vérité sur leurs vraies origines. 

Un long voyage, nous allons en parcourir également un autre. Celui de trois enfants, Hannah, Frida, Léon, pendant la seconde guerre mondiale. Des enfants qui pensaient que les étoiles représentaient la joie, l'espoir, la fête même, qu'elles étaient le symbole d'une belle histoire, d'un conte ; pas qu'elles représentaient la honte, l'humiliation, l'exclusion. Frida ne comprenait pas pourquoi tout le monde avait le droit de l'humilier parce qu'elle était juive. Elle détestait cette étoile en tissu marquée "Juif". Depuis qu'on la forçait à la porter, elle était furieuse contre le ciel, surtout lorsqu'il était étoilé.
Que d'émotions...

J'avais eu un énorme coup de cœur pour le roman Le petit roi du monde de Philippe Amar, et je n'ai pas hésité à me plonger dans son nouveau roman Les trois vies de Suzana Baker car j'étais certaine de retrouver la belle plume et les mots touchants de l'auteur, ainsi qu'une histoire émouvante comme il sait si bien les conter. 

Et quel merveilleux moment de lecture... Une lecture très émouvante, qui vous prend aux tripes, et qui vous donne aussi un poing rageur envers tout ce qu'ont subi ces hommes, ces femmes, ces enfants, au titre de leurs origines juives. 

Une histoire passionnante, où l'auteur mêle l'Histoire à un drame inspiré du passé de sa famille. C'est avec une grande émotion que l'on se plonge dans la quête d'identité de Lauren à la recherche de ses origines familiales. Professeure d'histoire, elle va se plonger un peu plus dans la période de la Seconde Guerre Mondiale. En quête de vérité, on se retrouve aux côtés de Lauren qui quitte les Etats-Unis avec sa fille pour la France, la Suisse, l'Allemagne au fur et à mesure des découvertes qu'elles feront. 

Pour mieux comprendre les origines de Lauren, on fait un bond dans le temps, en pleine Seconde Guerre Mondiale, au temps de l'occupation. On fait la connaissance de trois enfants : Hannah, Frida et Léon. 
Et vous ne pourrez plus alors quitter le roman...Les émotions viendront serrer votre cœur, et la vie que ces trois enfants ont subi vous font repenser à cette période de l'Histoire écœurante qu'il ne faudra jamais oublier. Cette période de l'Histoire m'a toujours beaucoup marquée depuis mon adolescence avec l'incompréhension de tout ce qui s'est passé, la déportation, l'extermination, de ces hommes, de ces femmes, de ces enfants. Des crimes atroces. Des crimes également envers ceux qui les ont aidé.
On replonge dans cette période avec beaucoup d'émotion, les mots touchants et vrais de l'auteur vous feront palpiter le cœur. 

Le quotidien de ces trois enfants, pendant cette période de la Seconde Guerre Mondiale, m'a captivée. Le rythme est effréné et le suspense est saisissant. Parmi ces trois enfants, on se doute bien sûr qu'il doit y avoir la mère de Lauren. Mais on ne découvrira la vérité qu'au moment du dénouement plus que touchant et qui saura vous surprendre.

Philippe Amar rend également un très bel hommage aux Justes, ces hommes et femmes non-juifs qui ont aidé des Juifs en leur portant secours de différentes manières. Leur fournir des vêtements, des faux-papiers, de la nourriture, un toit.... Les gestes de solidarité, de sauvetage même pourrait-on dire, se sont multipliés lorsque les rafles organisées en 1942 ont commencées. Des inconnus qui ont apporté leur aide de façon individuelle ou au sein de réseaux. J'ai trouvé que ce roman rendait un très bel hommage à tous ces inconnus. C'est tellement touchant et éprouvant. 

On ne ressort pas de cette lecture si facilement. Peut-être parce que cette période historique m'a toujours particulièrement touchée et qu'elle m'a toujours tordue les boyaux aussi en parlant plus crument. J'ai d'ailleurs eu du mal à écrire ma chronique, de peur de ne pas avoir les bons mots pour vous transmettre toutes les sensations que j'ai ressenti à la lecture de cette histoire captivante. 

J'ai aimé la construction du roman alternant les chapitres entre la vie de Lauren à l'heure actuelle, et ce bond dans le passé qui démarre au 11 juillet 1940, avec des chapitres évoquant alternativement la vie de Frida, d'Hannah, et de Léon. Cette construction apporte beaucoup au suspense de l'histoire, et donne ce côté captivant à l'histoire. Les rebondissements sont nombreux, aucun temps morts. Et on est autant tenu en haleine par le récit actuel de Lauren que celui des trois enfants pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Côté décors, on les visualise parfaitement. Côté émotions vécus par les personnages, on les ressent grâce à la belle plume de l'auteur. De la peur, de la tristesse, de l'incompréhension, de la rage, de l'amour, de l'amitié...et tant d'autres encore.

Des personnages auxquels on s'attache énormément et que l'on n'a pas envie de quitter. 

Le thème de la maladie d'Alzheimer est abordé avec des mots justes et touchants. On est pris d'émotions face à la maladie de Suzana, au ressenti de ses proches aussi. 

Extrêmement touchée par les mots de Philippe Amar, par cette histoire captivante 
pour ne jamais oublier cette période de l'Histoire. 
Je ne peux que vous recommander cette lecture ; 
de même que si vous n'avez jamais lu Le petit roi du monde, foncez !!



Merci aux Editions Fayard / Mazarine pour cette lecture


mardi 20 avril 2021

Le Docteur Lerne, Sous-Dieu

 



Synopsis

Nicolas ignore encore où il s'est aventuré. Sa visite du domaine lui en donnera un aperçu glaçant : y vivent des êtres victimes d'hybridations et de greffes monstrueuses. Des spécimens qui semblent défier les simples frontières entre hommes, animaux... et même végétaux. Le savant fou qui les a créés, le docteur Lerne, est-il le " sous-dieu " qu'il prétend être ? Est-il sur le point de réussir la " transfusion des âmes " ?

Apollinaire a loué le " talent magique " de Maurice Renard, " dont l'art doue de vraisemblance les miracles les plus invraisemblables ", qualifiant Le Docteur Lerne (1908) de " roman subdivin des métamorphoses ". Dans la lignée de L'Île du docteur Moreau, ce chef-d'œuvre méconnu du fantastique français n'a en effet rien à envier aux œuvres de H. G. Wells.


Tout ceci n'est-il qu'une mystification imaginée par Cardaillac lors d'une soirée d'incantations, ou bien..... 

Au cours d'une séance d'incantation autour d'un guéridon, l'assistance y allait de ses questions et les ripostes de la table se pressèrent. L'une des questions posées : "Qui habitera cette maison dans un an ? un craquement de la table et l'interprète y répond : Personne.
Qui habitera cette maison dans deux ans ? La réponse : Nicolas Vermont.
L'assistance voulait alors en savoir plus sur l'avenir, qui est Nicolas Vermont, que fera t-il dans deux ans...
Tous entendait ce nom pour la première fois.

Le guéridon commence alors à déclamer l'histoire de ce Nicolas Vermont, mais il est difficile d'interpréter son histoire à cette vitesse.

L'un des membres de l'assistance, Cardaillac, décide de taper le récit sur une machine à écrire. Et après maintes nuits attablé devant le guéridon à taper sur la machine à écrire, l'assistance posséda enfin les aventures complètes du nommé Vermont. Le lecteur en prendra connaissance tout comme l'assistance. 

Aventures bizarres et scabreuses qui se déroulent au château de Fonval dans les Ardennes. Nicolas Vermont y a passé ses vacances d'enfance et n'y a pas remis les pieds depuis 15 ans. Il s'y rend en automobile, comme on en trouve peu à l'époque. Au château de Fonval y vit son oncle, qu'il n'a pas revu depuis 4 ans. 

Son arrivée est plutôt hostile de la part de cet homme qu'il n'a pas revu depuis 4 ans. Nicolas a même du mal à reconnaître son oncle.

Il fait la connaissance d'une jeune femme, Emma, que son oncle loge au château comme une protégée. Les lieux sont sombres et angoissants, bien loin des souvenirs de Nicolas qui y avait passé de magnifiques vacances. Il trouve à son oncle des comportements étranges vis à vis de lui. 
Certains accès à la propriété lui sont mêmes interdits par son oncle.

La serre notamment. Et celle-ci intrigue beaucoup Nicolas. Lorsqu'enfin il peut la visiter, passant outre les interdictions de son oncle, Nicolas va y faire des découvertes glaçantes. 

Dès lors, Nicolas ignore encore où il s'est aventuré. Le spectacle que renferme cette serre lui glace les sangs, et le résultat des découvertes médicales du Docteur Lerne, son oncle, présente quelque chose d'inquiétant. Une sorte de malaise trouble Nicolas. 

Sa première pensée : De quel droit déranger la création ? Peut-on jouer à ce jeu sacrilège sans commettre un crime de lèse-Nature ? Des alliances bizarres, moitié ceci moitié cela. Des odieuses pratiques sur la Nature vierge accusaient à la fois d'horreur d'un meurtre et l'ignominie d'un viol ! 
Y avait-il encore une frontière entre végétaux, hommes, animaux... Le savant fou, le Docteur Lerne, se prend t-il pour un "sous-dieu" ?  Le Docteur Lerne veut rivaliser avec Dieu pour devenir lui-même créateur... Est-il sur le point de réussir "la transfusion d'âmes" ? ........

Et qu'est donc devenu cet homme, un Irlandais, qui secondait son oncle ?

Nicolas n'est pas au bout de ses surprises. 

A vous glacer les sangs !!!

Je ne connaissais pas du tout ce roman fantastique mais ma lecture de la 4ème de couverture m'avait beaucoup intriguée et je voulais en savoir plus sur ce roman et m'immiscer dans cette histoire qui, j'en étais certaine allait me refroidir les sangs...

Plus qu'enchantée par cette lecture, j'ai fait là une très belle découverte. J'avoue avoir été dans un premier temps plus que déstabilisée par ma lecture de par le langage utilisé. Un langage très soutenu, du début 20ème siècle, et ce langage soutenu ne vous permet pas une lecture fluide et rapide dans un premier temps. Mais une fois les 50 premières pages lues, une fois que l'on s'est habitué au langage, on est alors totalement immergé dans l'histoire et je peux vous dire que vous ne lâcherez plus, alors, votre lecture.

Totalement captivée, oui je l'ai été. Et cela jusqu'au bout du roman. Plus les révélations tombaient, plus je me suis sentie captivée. Quelle histoire glaçante !! Elle commence par un prologue original. Et ensuite vient l'histoire de ce Nicolas Vermont, et vous ne serez pas au bout de vos surprise de tout ce qui va vous être révélé.

On est servi côté horreur par les créations folles de ce Docteur Lerne. Mon dieu, vous ne pourrez lâcher votre lecture, alors tenter de ne pas lire ce roman en pleine nuit ! 

Le Docteur Lerne, un savant fou qui veut rivaliser avec Dieu, et qui veut, lui aussi, être créateur. Vous imaginez donc jusqu'où la folie peut aller. Et vous allez passer de surprise en surprise avec de nombreux rebondissements jusqu'à la fin du roman. Effrayantes surprises. 

Les mystères sont bien présents tout au long du roman et on peut donc remarquer là tout le talent de l'auteur. Auteur qui s'est inspiré du chef-d'œuvre de H.G. Wells L'île du docteur Moreau, mais il n'a rien à envier à l'œuvre de H.G. Wells, car franchement ce roman Le Docteur Lerne est du même acabit. 

L'auteur s'est inspiré des progrès de la médecine et des greffes, lorsque l'on replace l'écriture du roman, soit en 1908. Mais cela, jusqu'à une imagination débordante et surtout terrifiante !!! Le Docteur Lerne se prend pour Dieu, pour un créateur. Son imagination est débordante et sa soif de créativité, d'inventivité l'est tout autant. Je vous laisse imaginer le pire. Non impossible d'imaginer le pire, vous le découvrirez à la lecture du roman. Roman à la fois fantastique et scientifique du coup.

Les personnages sont extrêmement bien travaillés. Dans leur folie, dans leurs peurs. On peut s'attacher au personnage de Nicolas Vermont, sa curiosité lui donne un certain courage que je n'aurai pas eu moi-même. J'aurais vite pris mes jambes à mon coup voir pire !!!!!!

L'écriture est, comme je vous lai dit plus haut, soutenue. Un langage du début du siècle, roman écrit en 1908. Il faut un petit temps d'adaptation pour s'approprier l'écriture et être à l'aise. Le rythme est lent au début du roman et un peu déconcertant, et vous verrez, plus les révélations et plus l'horreur se dévoileront sous vos yeux plus le rythme deviendra haletant avec l'impossibilité de lâcher le roman.

Ce roman fantastique est devenu aujourd'hui un classique. Apollinaire a loué le "talent magique" de Maurice renard. Il préface d'ailleurs le roman Le Docteur Lerne, que l'on retrouve dans ce roman. 

Des personnages qui vont devoir vivre des épreuves terrifiantes. 
Un roman fantastique que vous ne pourrez pas lâcher tellement les révélations seront captivantes 
mais également angoissantes..... 


Merci aux Editions L'Archipel pour cette lecture


mercredi 14 avril 2021

Trois voeux

 


Synopsis

Jamais deux sans trois ! C'est le credo des triplées Lynn, Cat et Gemma. Mais leur trente-quatrième anniversaire pourrait tout changer...

Il y a Lyn, la soeur raisonnable, qui bataille pour trouver un équilibre entre sa vie de mère, de couple et sa vie professionnelle. Cat, dont tout le monde envie le prétendu mariage parfait. Et Gemma, qui change de job et de fiancé comme de chemise.

Elles sont soeurs, triplées, soudées. Ensemble, elles ont toujours réussi à surmonter les épreuves de la vie. Jusqu'à cette fête d'anniversaire qui lève le voile sur de dérangeantes vérités. Et menace de les plonger dans le chaos.

Sydney. Une fête d'anniversaire dans un restaurant bondé pour fêter les 34 ans de trois femmes. Ces trois femmes, Lynn, Cat, et Gemma, sont des triplées. 

Les triplées, beaucoup se souviennent de les avoir croisées un jour dans leur vie. A l'hôpital à leur naissance, dans la rue, dans un parc... 

Le jour de leur fête anniversaire pour fêter leur 34 ans dans ce restaurant archicomble de fruits de mer, tous se souviendront de la scène qui s'est jouée devant eux. Ceux qui souffrait d'un excès de savoir-vivre détournèrent le regard, tous les autres burent l'algarade des yeux avec une joie sans mélange. Et en l'espace de quelques heures, cet incident fut décrit et rejoué pour le plus grand plaisir de chacun avec une bonne dizaine de versions différentes de l'anecdote.

La scène : alors qu'elles fêtent leur anniversaire autour d'une fondue aux fruits de mer, l'une des trois triplées plante une fourchette à fondue dans le ventre d'une femme enceinte. 

Le dénouement de cette scène, nous allons le découvrir en remontant les aiguilles du temps et en faisant connaissance des triplées. 

Il y a tout d'abord Catriona, que l'on surnomme Cat. Mariée à Dan depuis quelques années maintenant, ses sœurs et sa famille envient son mariage et sa vie parfaite. Un bon poste dans une entreprise de chocolats, un bon mari. En l'occurrence oui. Mais...

Il y a également Lynn, la femme comblée à qui tout réussi. La plus équilibrée des trois semble t-il, elle est mariée à Michael et ils ont une adorable petite fille, Maddie. Elle prend à cœur également la vie de sa belle-fille, Kara, adolescente, qui vit avec eux. Lynn a créé sa propre société qu'elle dirige d'une main de maître. On parle d'elle et de sa renommée dans les magazines. Elle manie à la perfection son agenda. Déléguer elle ne sait pas trop faire, que ce soit pour son entreprise ou bien pour les réunions de famille. 

Et puis, il y a Gemma. La plus bohème, sans attache, à l'esprit libre. Elle a quitté son poste d'institutrice et s'est essayée à plusieurs emplois pour enfin devenir "Home- sitter". Elle garde les maisons des autres pendant leurs absences en s'installant chez eux. Elle est aussi la plus gaffeuse, et change souvent de partenaire n'arrivant pas à garder un amour durable au-delà de tant de mois effectifs.

Les parents des triplées : Maxine Leonard, langoureuse rousse aux jambes interminables a épousé le grand blond hyperactif, Franck Kettle, qu'elle a rencontré à l'âge de 19 ans. Très rapidement, les triplées vinrent au monde. Depuis Maxine et Franck Kettle avaient divorcé. 

Triplées, soudées, elles ont toujours surmonté les épreuves de la vie. Alors que s'est-il passé lors de cette fête anniversaire de leur 34ème anniversaire ? 
Pour le savoir, nous allons les suivre tout au long de leur 33ème année jusqu'à ce fameux soir, au restaurant de fruits de mer pour fêter leur 34ème anniversaire...
On s'attache fortement aux soeurs Kettle !!

C'est le premier roman de Liane Moriarty que je lis, et je ne regrette pas cette belle découverte !! Excellent moment lecture passé en compagnie de la famille Kettle, et notamment des soeurs Kettle. Précisons que les soeurs Kettle sont des triplées. Et croyez-moi, vous aurez du mal à vous détacher de ces triplées, car on s'attache beaucoup à elles au fur et à mesure de la lecture de ces 400 pages. 

On souri, on est ému, par l'histoire de ces triplées. Très différentes chacune d'entre elles, on s'attache à leur histoire propre, à leur vie. On découvre leur vécu, leurs angoisses, leurs peurs, leurs doutes, leurs déceptions, leurs sacrifices, mais aussi leurs gaffes, leur bienveillance, leur solidarité, leur humour... 
Des personnages extrêmement bien construits et on retrouve des personnages très réalistes et originaux aussi de par leurs caractères. 
Les personnages secondaires sont eux aussi très bien travaillés, entre les parents des triplées qui valent le détour, ainsi que la grand-mère, et d'autres personnages que je ne peux citer ici pour ne rien dévoiler. 
Ces triplées m'ont fait sourire autant qu'elles m'ont émue. Chacune va vivre des instants de la vie douloureux parmi des moments plus légers et joyeux. On se prend à vivre ces moments à leur côté dans cette 33ème année de leur vie. 

La construction du roman est vraiment bien choisie et apporte énormément à l'histoire. On démarre la lecture par une scène que l'on retrouvera ensuite à la fin du roman. Celle de leur soirée de 34ème anniversaire et un fait qui s'y déroule que l'on ne comprendra qu'au dénouement. Déjà, ça part très bien car j'aime beaucoup ce genre de construction. 
Et puis, on remonte le temps, on découvre la rencontre de leur parents en un bref épisode qui nous aiguillera sur la suite, pour enfin atterrir dans la 33ème année de nos triplées. Au fur et à mesure de la lecture, se déroulera donc cette année de leur 33ème année accompagnée de flash-backs jusqu'à ce fameux soir d'anniversaire de leur 34 ans. 
A cette construction adéquate, s'ajoute également un vrai petit bonheur, à la lecture de chapitres qui entrecoupent la 33ème année de nos triplées où des personnes lambda racontent un instant de vie où ils ont croisés les triplées. Un instant de vie qui les a marqué puisque déjà on ne rencontre pas tous les jours des triplées et ensuite parce que cet instant croisé avec les triplées a su les marquer par la situation vécue. Un instant de vie à tout âge des triplées, un instant de vie à l'hôpital où une infirmière raconte le moment où cette femme a accouché de triplées ; un instant de vie dans Mac Donald qui a marqué une personne lambda dans une situation cocasse des triplées... Ces personnes lambda nous donnent alors leur point de vue sur la situation vécue avec les triplées depuis leur naissance. Bref, ces courts chapitres qui entrecoupent le reste de l'histoire sont une petite bouffée d'air frais, c'est drôle et touchant à la fois. Et notons aussi qu'ils apportent beaucoup au déroulement de l'histoire.

L'intrigue est vraiment bien menée, de par l'histoire et la construction. Une histoire très réaliste aussi qui parlera forcément à chacun. 
Le lien fraternel entre les triplées est fabuleux, tantôt avec des moments tendus bien sûr, mais aussi de merveilleux moments. J'ai aimé partager avec eux des moments intenses, ou bien des moments de "folie" sur des musiques de leur adolescence comme "Venus" des Bananarama. 

L'écriture est parfaite. Une lecture avec beaucoup de rythme et aucun temps mort. On vit les moments de vie des triplées avec parfois des moments très difficiles et pourtant on a la sensation d'un roman qui fait du bien, on s'y sent bien. 
Ce qui fait beaucoup également, est que l'écriture de Liane Moriarty nous donne la sensation d'avoir en mains un soap (un feuilleton). La narration, les dialogues, sont remarquables. Liane Moriarty, dans sa façon d'écrire, nous fait partager les pensées et émotions des personnages.

Je ne peux que recommander ce roman.  
Des triplées que l'on accompagnera pour surmonter les épreuves de la vie, 
avec une histoire écrite pourtant d'une façon "soap" et drôle. 
Un roman qui fait du bien, des personnages très attachants que l'on n'a absolument pas envie de quitter.


Merci aux Editions Albin Michel pour cette lecture


lundi 12 avril 2021

Les papas poules

 




Aujourd'hui, c'est l'heure de la rentrée pour Raton, Ours, Lapin et Renard. Ce sont les futurs papas qui font leur rentrée. Ils n'ont pas vraiment envie d'aller à l'école... mais ce sont les mamans qui les ont inscrits pour qu'ils soient prêts le jour J. 

Le maître d'école est une vieille tortue à l'air très sévère. Et dès le premier jour, elle met en garde les futurs papas, ils vont devoir se surpasser. Devenir un papa poule mérite de l'attention. Il va falloir connaître au moins une centaine de comptines, savoir changer des couches les yeux fermés... Et ils vont avoir 1 journée et 1 nuit pour apprendre à s'occuper d'un oeuf, futur nouveau né. 

Et là tout change, de la théorie à la pratique, la mission se complique pour les futurs papas !!
Et il va falloir être à la hauteur...
Que j'aime ce duo Clotilde Goubely et Pog !!

J'avais adoré l'album "C'est du propre" du même duo où l'on croise les mêmes personnages que dans cet album "Les papas poules". Et je retrouve ici les mêmes ingrédients qui m'avaient plus dans "C'est du propre". 

Un très bel album grand format (30 x 30 cm) qui permet de visualiser en grand le déroulement de l'histoire avec de merveilleuses illustrations pleines pages et un texte inséré dans l'illustration. 

L'histoire est à la fois tendre et drôle avec ces futurs papas qui doivent revenir à l'école. Les messages sont touchants. L'humour est bien présent tout au long de l'album entre les textes de POG et les illustrations de Clotilde Goubely. 

On est forcément charmé par les illustrations de Clotilde Goubely, j'adore sa façon de croquer si réellement les expressions de nos animaux de la forêt. Rien qu'à les regarder on a le sourire qui s'affiche sur notre visage. Tantôt pas contents, tantôt touchants et protecteurs... Je me suis laisser charmer par les personnages et je ne suis pas la seule. 
Les décors de la forêt sont splendides comme à chaque fois avec Clotilde Goubely. 

Un livre objet de qualité comme toujours chez Marmaille & Compagnie. En plus ce grand format est vraiment très plaisant pour observer et lire. 

On ne peut que s'attacher à nos futurs papas qui doivent retourner à l'école. 
Un très bel album à la fois drôle et tendre sur la paternité. 


Merci aux Editions Marmaille & Compagnie pour cette lecture


Album : C'est du propre

samedi 10 avril 2021

Là où le bonheur se respire

 


Synopsis

Pour Lily, apprentie parfumeuse, les parfums subliment la vie : ils nous construisent, nous éveillent et nous guident. Aussi, quand sa petite soeur Clarisse est hospitalisée à la suite d'une grave chute de cheval, Lily fera tout pour stimuler ses sens et lui redonner le goût de vivre. Sa méthode, retourner sur l'île d'Ouessant, berceau de leur enfance, à la recherche des odeurs chères à Clarisse.

A l'hôpital, seul Evann, externe en médecine, soutiendra son projet fou et un lien fort naîtra entre eux. Au fil du temps, les deux complices réaliseront que c'est leurs âmes blessées qu'ils cherchent à soigner, car prendre soin des autres, c'est aussi prendre soin de soi. 

Ce jour-là, sur l'île d'Ouessant, le jour se lève à peine dans le village le plus à l'ouest de la France. Clarisse profite des longues journées du mois de juin pour faire galoper son cheval, Sambello. Clarisse répare les chaudières et les fuites sous les éviers. Elle est plombier, comme sa mère. Elle a toujours vécu sur Ouessant contrairement à sa soeur Lily. 

C'est ce jour-là de juin qu'a eu lieu l'accident. Une histoire de timing, de rythme. De fatalité. 

De Ouessant, Clarisse a été transportée aux Urgences de l'Hôpital de Brest. Elle a ensuite été mutée en Service de Neurologie. 

A la Cavale-Blanche, l'Hôpital de Brest, en Neurologie, Evann Kostas y fait ses premiers jours en tant qu'externe. Quelques temps auparavant, dans ce même service, Evann a été le patient de Marie-Lou, Interne en Neurologie. Elle le connaît bien, il est le frère de Gabriel, petit copain de sa meilleure amie Anna, et comment oublier son passage en Neurologie en tant que patient. Désormais externe en médecine, bénévole auprès des enfants malades, il se transforme en magicien ou musicien à ses heures perdues. Toujours souriant, toujours battant.  Marie-Lou ne peut oublier son passé douloureux depuis son enfance. Marie-Lou est aux anges de lui enseigner la neurologie mais l'apprentissage commence plutôt mal pour Evann qui prend un peu trop à la légère son quotidien d'externe. 
Il va devoir apprendre à jouer un nouveau rôle dans cette spécialité aussi ardue que la neurologie. Marie-Lou lui apportera des conseils à ne pas mettre de côté. 

Lorsqu'Evann fait la connaissance de Clarisse, il prend conscience de son rôle d'externe en neurologie. Il est touché par cette jeune femme coincée dans sa chambre d'hôpital. 

Lily est désarmée lorsqu'elle apprend que sa petite soeur a été transportée à l'Hôpital de Brest en Neurologie. La vision de sa soeur dans sa chambre d'hôpital, son état de santé, l'émeuvent au plus haut point. 
Lily est apprenti nez, elle suit un cursus pour devenir parfumeuse. Les parfums sont essentiels pour elle, ils subliment sa vie. 
Ne supportant pas de voir sa soeur dans l'état où elle se trouve désormais, elle va se battre pour stimuler tous ses sens et lui redonner le goût de vivre, réapprendre à vivre. Parmi les sens à stimuler, lui vient bien sûr les odeurs, son quotidien à elle. Alors elle décide de retourner sur l'île d'Ouessant, berceau de leur enfance, pour y découvrir les odeurs qui entouraient le quotidien de sa petite soeur. Pour cela, elle va devoir se mettre dans la peau de sa soeur et revivre des souvenirs d'enfance.

Un projet fou qui ne sera pas apprécié de tous parmi le corps de métier des médecins neurologues qui vont prendre Lily pour une folle. Un projet fou qu'Evann, lui, comprendra, et qu'il soutiendra. Mais la rencontre entre Lily et Evann se déroule plutôt d'une façon mouvementée. Le temps les rendra complices, et prendre soin les uns des autres pourrait bien être bénéfique pour prendre soin de soi également et soigner leurs âmes blessées, leurs passés. 
Allons là où le bonheur se respire !

Coup de coeur pour ce roman pour lequel tourner les pages fait un bien fou ! Un drame, des passés difficiles, des âmes blessées. Sophie Tal Men nous transporte dans un univers totalement addictif et nous fait prendre le large avec une magnifique histoire, une histoire de liens fraternels, d'amour, d'amitié, de résilience... une histoire qui fait du bien, qui fait vous sentir bien, et pleine d'espoir.

Les romans de Sophie Tal Men son inspirés de son quotidien à l'hôpital où elle est médecin neurologue. Vous imaginez donc bien que l'histoire de Clarisse, de Lily, d'Evann est pleine d'émotions et de réalisme. On ne peut qu'être touché sur bien des points. Touché du point de vue de Clarisse, la patiente. Touché du point de vue de Lily, la grande soeur éprise du mal de sa petite soeur. Touché du point de vue d'Evann, au passé difficile et ancien patient lui aussi, qui vit ses premiers instants d'externe en neurologie. Ces situations m'ont touchée et je n'avais pas envie de quitter cet univers. 

Un univers qui me parle puisque j'exerce moi-même un métier en milieu médical. Et une histoire qui me touche d'autant plus puisqu'elle n'est pas étrangère aux odeurs, aux parfums, et donc aux souvenirs. Parce que oui, on ne peut pas parler des odeurs sans parler des souvenirs. Je parle très peu de ma vie privée, mais ce roman me touche particulièrement puisque les odeurs et les souvenirs qui leurs sont liées, je les ai perdus à l'âge de 20 ans. Je ne rentrerais pas dans les détails de cette situation, mais ce roman me touche particulièrement et me parle bien sûr ; puisque, en ayant perdu l'odorat j'ai perdu également tous les souvenirs liés à l'odorat. Cela ne s'explique pas, les souvenirs des odeurs et parfums sont liés à l'odorat. La perte de l'odorat m'a subrepticement fait perdre les souvenirs qui leur étaient liés. Ce roman m'a donc parlé personnellement dans cette recherche de Lily, apprentie parfumeuse, pour stimuler les sens de sa petite soeur et lui redonner le goût de vivre, et lui redonner ses souvenirs. 

Je referme la parenthèse personnelle pour parler des personnages. Des personnages plus qu'attachants. On n'a franchement pas envie de les quitter je vous l'avoue. Que ce soit les personnages principaux, Clarisse, Evann ou Lily ; ou que ce soit les personnages secondaires qui tiennent un rôle très importants dans la vie de chacun. Il y a en effet ici un groupe d'amis essentiel pour la vie de chacun. Un groupe d'amis qu'on envie même. 
Des personnages bien travaillés, profonds et accomplis, pour nous transmettre de merveilleuses émotions à la lecture du roman. Des personnages réalistes où l'on peut se retrouver soi-même. 

L'univers hospitalier est vraiment bien abordé de par le fait que Sophie Tal Men y exerce le métier de médecin. Les premiers pas chaotiques d'Evann y sont bien définis je trouve et y sont cocasses. 

C'est écrit avec beaucoup de tendresse, d'humanité, de bienveillance, d'émotion, mais il y a aussi cette touche d'humour qui fait que ce roman fait du bien. On est vraiment transporté dans cet univers des parfums, avec des descriptions qui du coup me parlaient beaucoup puisque moi-même dans mon quotidien je défini les odeurs qui peuvent émaner autour de moi par des descriptions, des mots, puisque les odeurs elles-mêmes je ne peux plus les atteindre. 
Des descriptions à foison également sur les décors magnifiques. On prend le large, on est transporté.
Des mots justes, réalistes. 

Décors magnifiques de ma chère Bretagne entre autre. Moi-même vivant dans cette belle région, je me suis retrouvée dans ces décors maritimes. Mais on voyage également dans d'autres lieux que je vous laisserai découvrir.
J'ai aimé les décors du bar "Le gobe-mouches", non pas un simple bar de quartier pour le groupe d'amis de Marie-Lou, Evann, Gabriel...mais plutôt un refuge pour eux. Un bar planté à proximité de l'hôpital de Brest et où le groupe d'amis se retrouve pour partager leurs angoisses, leurs bonheurs... Le personnage de la tenancière du bar est absolument prodigieux !! J'adore. 

Vous l'aurez compris, ce roman m'a parlé personnellement. 
L'univers olfactif ne vous quittera pas de sitôt, tout comme les personnages attachants et bienveillants ainsi que les magnifiques décors qui vous feront prendre le large vers une magnifique histoire d'amour et de résilience.


Merci aux Editions Albin Michel pour cette lecture.


lundi 5 avril 2021

Le courage d'une soeur

 


Synopsis

1948. Sarah vit avec sa mère alcoolique qui se prostitue dans un quartier pauvre de Londres. Quand celle-ci accouche d'un petit garçon, elle demande à sa fille de 13 ans de se débarrasser du nourrisson. Mais Sarah ne peut s'y résoudre et décide d'élever son petit frère, qu'elle a elle-même prénommé Tommy.
Cinq ans ont passé. Sarah et Tommy n'ont d'autre choix que de fuir pour échapper aux violences de leur mère. Par chance, ils font la rencontre de George, un jeune homme de 21 ans, qui vend des fripes sur les marchés et se sent touché par la détresse de Sarah.
Il tombe aussitôt amoureux d'elle et lui trouve du travail. Mais, si Sarah éprouve de l'amitié pour lui, elle n'a d'yeux que pour Roger, l'ami de George. Lorsqu'un drame survient, seul l'un d'eux saura l'aider. Celui à qui elle ouvrira son cœur...


Sarah Jespon a 13 ans et vit avec sa mère alcoolique, Annie, dans le quartier pauvre de Londres, Battersea. Une mère qui, pour subvenir à ses besoins en alcool et pour vivre à minima avec sa fille, se prostitue chez elle. Des hommes qui sont souvent les mêmes.
Annie ne tient pas compte si sa fille est dans la parages ou non lorsqu'elle reçoit des hommes chez elle. Sarah, elle, a dû subir depuis son plus jeune âge les allers et venues des hommes chez sa mère. Parfois, elle se trouvait dans la même pièce et se bouchait les oreilles, parfois elle était mise à la porte par sa mère et devait attendre sur la paillasse. Son père, Sarah ne sait pas de qui il s'agit.

En 1948, Annie accouche d'un petit garçon. Elle demande à sa fille de 13 ans de se débarrasser du nourrisson et d'aller le jeter dans le fleuve. Elle n'a déjà pas assez d'argent pour élever sa fille, c'est pas pour avoir un 2ème enfant sur les bras. Mais Sarah ne peut effectuer le geste que lui demande sa mère. Comment pourrait-elle en venir à la vie d'un être humain, et encore plus de son propre frère, un bébé qui n'a rien demander...

Alors que sa mère a du mal à se remettre de l'accouchement, Sarah décide de garder son petit frère et elle le prénomme Tommy. Lorsque Annie découvre que l'enfant qu'elle a mis au monde est toujours vivant, elle entre dans une colère monstre. Elle ne veut pas s'occuper de l'enfant, et entonne à sa fille que si elle a voulu garder l'enfant et bien qu'elle l'élève seule. Elle ne subviendrait ni au besoin de l'enfant ni ne s'en occuperait. 

Sarah prend alors l'initiative d'arrêter l'école et d'élèver le nourrisson. Elle se débrouille comme elle peut avec le si peu d'argent qu'elle a en poche pour lui trouver du lait, des langes...

Cinq ans ont passé. Sarah a 18 ans, Tommy 5 ans. Quant à Annie, elle est de plus en plus souvent alcoolisée et a de plus en plus souvent besoin d'argent pour subvenir à ses besoins d'alcool. Elle est donc très souvent de mauvaises humeurs voir très souvent violente vis à vis de ses enfants et encore plus du petit Tommy. Pour échapper aux cruelles violences de sa mère, Sarah décide alors de fuir avec Tommy. Sans rien, sans logement, elle va faire la rencontre d'un jeune homme sur le marché.  George a 21 ans, il tient un stand de fripes sur le marché. Il est touché par la détresse de Sarah, touché par le fait qu'elle élève seule son jeune frère. Et avouons le, à l'instant où il a posé les yeux sur Sarah, il a ressenti une vive émotion en lui. 

George est prêt à aider Sarah, il l'aide pour trouver un emploi, l'aide pour lui trouver des vêtements pas très chers pour elle et Tommy. 
George est un jeune homme atypique, il n'attire pas le regard des jeunes femmes. A la suite d'un drame, il s'est retrouvé avec un visage avec lequel il a dû apprendre à vivre. 

Tommy adore George, et il sent bien qu'il est toujours présent pour lui et sa grande soeur. Sarah n'éprouve qu'une immense amitié pour George. Elle n'a d'yeux que pour Roger, le meilleur ami de George. Roger tient un stand de fruits et légumes à côté du stand de George sur le marché. Roger a tout pour lui, un regard de braise et il fait souvent tomber les filles.

George est peiné que Sarah n'éprouve rien d'autre qu'une grande amitié envers lui, mais il s'y fait et accepte de ne vivre avec elle qu'une belle amitié. Mais le triangle amoureux est bien là, et au fond de lui George éprouve un mal récurrent lorsqu'il s'agit de Sarah. Jamais il ne lui en fait part pourtant, il continue d'être son ami et celui de Tommy. 

Mais la vie va encore être dure avec Sarah, et un drame va survenir dans sa vie. Dans ce triangle amoureux, une seule personne saura venir en aide à Sarah. 
Magnifique histoire qui ne vous lâchera pas de sitôt !

Une histoire bouleversante dès les premières pages et jusqu'au dénouement, c'est pourquoi vous ne l'oublierez pas de sitôt. Une histoire déchirante d'un frère et d'une soeur, où l'on passe du chagrin à l'espoir...

Kitty Neale nous touche énormément avec des thèmes percutants et bouleversants comme l'alcoolisme, la prostitution, la pauvreté, mais aussi une belle leçon de vie sur le jugement des des apparences physiques, et tant d'autres encore. 

Rappelons que nous sommes ici en 1948 dans l'après guerre, à Londres. Les conditions de vie sont difficiles et la pauvreté touche une grande partie de la ville. On est forcément touché par la vie que la jeune Sarah a dû subir depuis son plus jeune âge auprès d'une mère alcoolique et qui a peu de considération pour sa fille. Une enfant qui devait faire avec la prostitution de sa mère. On est bouleversé lorsque la mère ne tient pas compte si sa fille est dans la même pièce qu'elle ou non lorsqu'elle s'adonne à ses actes de prostitution.... C'est tellement bouleversant de ressentir les émotions de la jeune Sarah vis à vis de cette situation.... 

On suit l'évolution des personnages, on les voit grandir. On fait la connaissance de Sarah à l'âge de 13 ans et on la suit jusqu'à l'âge de ses 18 ans. De même que son petit frère, que leur mère voulait tuer en demandant à sa propre fille d'aller jeter son petit frère nourrisson dans le fleuve.... C'est impensable ! et extrêmement bouleversant là-encore. On fait alors la connaissance du petit Tommy dès sa naissance et on le voit grandir au fil des pages. 

Personnages extrêmement attachants, tant pour le personnage de Sarah d'un immense courage, d'une grande maturité, qui n'a peur de rien et pourtant au fond d'elle on ressent toutes les peurs cachées. Cette jeune femme est émouvante et on ne peut qu'être touché par son vécu depuis son plus jeune âge. 
On est touché par le petit Tommy, un petit garçon d'une intense tendresse envers sa soeur, d'une grande politesse et reconnaissance. Petit garçon attachant que l'on a envie de choyer. On ne voudrait que leur bonheur à tous les deux mais la vie va leur réserver encore de drôles de tours hélas...
On ressent beaucoup les émotions de George, ce jeune homme de 21 ans qui prend sous son aile le petit Tommy et Sarah. On ressent les émotions qui vivent en lui lorsqu'il s'agit de Sarah, le profond amour qu'il ressent pour elle. Et on est forcément touché par ce jeune homme d'une immense bienveillance, qui n'a pas en retour l'amour qu'il espère. On est touché par la vie qui ne l'a pas épargné non plus. Un jeune homme qui a une apparence atypique et qui a dû apprendre à vivre avec.

Kitty Neal nous offre donc un panel de personnages d'une grande profondeur, extrêmement bien travaillés. Tant au niveau des personnages de Sarah, Tommy, George, mais aussi très bien travaillés des personnages secondaires, notamment au niveau du personnage d'Annie, cette femme tombée dans l'alcool et la prostitution. 
Les personnages secondaires sont eux aussi très agréables à suivre et à voir évoluer en bien ou en mal... 

L'évolution de l'histoire est percutante, on est pris par les rebondissements auxquels on ne s'attend pas forcément. L'histoire est dure et émouvante jusqu'au bout. 

Les décors sont fabuleux, on a vraiment l'impression d'être au coeur d'un Londres d'après-guerre vivant dans la pauvreté. C'est très représentatif et les décors sont superbement plantés de cette époque d'après-guerre sur bien des points. 

L'écriture est vraiment belle. Tant au niveau des émotions des différents personnages que l'auteure nous transmet à travers les mots, c'est d'une grande justesse et ça vous prend aux tripes. Tant au niveau du merveilleux travail sur les personnages, leur caractère et profondeur. Tant au niveau de l'évolution de l'intrigue. Tant au niveau des décors d'après-guerre au coeur de Londres. Merveilleuse écriture qui nous fait ressentir et vivre une histoire magnifique !! 

Vous l'aurez compris, un joli coup de coeur avec une histoire bouleversante. 
Une belle leçon de vie, aux messages forts.


Merci aux Editions L'Archipel pour cette lecture.