mardi 7 juillet 2020

Detox émotionnelle





Synopsis


" Habib Sadeghi vous permet de vous réinventer vous-même. Je lui serai éternellement reconnaissante. "

Penélope Cruz

Au fil des années, nous laissons nos émotions réprimées et leurs énergies négatives s'accumuler dans notre corps. À la longue, cet engorgement néfaste nous prive de la plupart de nos ressources. Et quand nous sommes restés trop longtemps sourds à tous les signaux de notre corps, la maladie est bien souvent la seule façon pour lui de se faire entendre. Pourquoi attendre la saturation ?

Habib Sadeghi nous propose ici la méthode de détox indispensable pour débarrasser notre corps et notre esprit de toutes les toxines émotionnelles qui l'encombrent, et retrouver ainsi la libre circulation de nos énergies. Vous voulez renouer avec une existence positive et apaisée ? N'hésitez pas, ce livre est pour vous.

Médecin émotionnel des plus grandes stars de Hollywood, d'Anne Hathaway à Emily Blunt, en passant par Stella McCartney, Habib Sadeghi est reconnu dans le monde entier pour son approche sans équivalent du bien-être.

" Habib Sadeghi m'a permis de comprendre parfaitement les liens entre mon corps et mon esprit. J'espère que vous serez nombreux à trouver ainsi comme moi la paix grâce à sa méthode. "
Jessica Chastain




Une lecture intéressante.

La conscience humaine varie d'une personne à l'autre, mais elle est toujours faite de pensées et de sentiments, conscients ou inconscients, qui touchent à tout ce qui constitue notre vie que ce soit dans le travail, les relations sociales, la vision du monde, et l'image de soi. Des émotions positives ou négatives qui nous submergent dans un quotidien de plus en plus stressant et rapide. Le Dr Sadeghi explique que les émotions, le mental, ont un lien avec la maladie.

Le Dr Sadeghi propose un parcours en plusieurs étapes pour détoxifier notre esprit, notre corps, cultiver notre clarté intérieure. Se poser les bonnes questions : "Qu'est ce que mon corps essaie de me dire ? Qu'est-ce qui, dans mon monde émotionnel, peut avoir contribué à l'apparition de ce trouble physique ? Qu'est ce que je pourrais transformer, dans mon corps énergétique ou émotionnel, pour favoriser la réussite du traitement prescrit par mon médecin ?"
La clarté opérant au niveau émotionnel et spirituel, c'est donc avant tout un état d'esprit à adopter, dont les effets se feront sentir dans le corps. Chacun possède une fréquence énergétique unique qui se manifeste différemment dans son corps selon son histoire personnelle, ses relations et son état émotionnel. Le Dr Sadeghi a choisi de traiter simultanément le corps et l'esprit de ses patients par des discussions et des exercices, il aide ses patients à reconnaître et résoudre des problèmes émotionnels qui peuvent parfois remonter à plusieurs décennies. 

Dans ce livre on peut donc retrouver des exercices proposés par le Dr Sadeghi, mais il évoque également des cas rencontrés auprès de ses patients grâce à des témoignages. 

Parmi les exercices proposés, on retrouve certaines détox alimentaires, journées de jeûne, visant à éliminer les "déchets émotionnels". Nettoyer ses émotions pour se débarrasser de la peur, des jugements, de la tristesse, de toutes ces choses qui nous empêchent d'aller de l'avant, qui permet aussi de désencombrer les organes de notre corps affectés par ces colères, rancoeurs... 

Le corps et l'esprit sont liés. Si l'un est encrassé ou mal en point, l'autre sera dans le même état. 

Outre ces détox alimentaires, on retrouve des exercices permettant de se détoxifier émotionnellement. Par exemple, la purge émotionnelle par l'écrit. L'exercice invite à écrire sur papier toutes nos pensées, il permet d'évacuer la négativité à travers un système de traitement des déchets émotionnels. Se décharger, éliminer, lâcher prise et clarifier l'espace intérieur. Prendre une feuille de papier et écrire d'une traite, sans réfléchir, pendant 12 minutes, sans se relire. Simplement laisser le stylo écrire. Ne pas se relire une fois fini, et brûler le papier. A recommencé pendant 5 jours. Un rituel de purification qui a pour objectif de neutraliser l'énergie négative accumulée.

Eviter également que la négativité s'accumule de nouveau. Savoir identifier les émotions que l'on ressent, les traiter à l'instant où on les éprouve, c'est jouir de la clarté émotionnelle.  Identifier les endroits du corps où les émotions se font sentir. Vous connaissez les expressions "J'en ai plein le dos" , "Ça m'est resté en travers de la gorge". Des chercheurs ont noté dans différentes régions du corps une hausse ou une baisse d'énergie selon l'émotion ressentie. S'interroger... les baisses d'énergie ont tendance à s'accompagner de sentiments négatifs.

Le Dr Sadeghi explique aussi qu'atteindre la clarté intérieure ne signifie pas non plus d'être toujours heureux ni de ressentir que des émotions positives. Il montre qu'il est essentiel de ressentir ses émotions et de laisser s'exprimer la douleur suscitée par un événement, quel qu'il soit. Il explique qu'il est important d'accepter les hauts et les bas de la vie. Accepter la souffrance aussi bien que la joie. Mais il met les mots sur ces ressentis, et comment vivre avec au quotidien, toujours à l'aide d'exercices mais aussi de cas qu'il a rencontré auprès de ses patients, de témoignages, ainsi que d'études scientifiques exposées.

Bref, le Dr Sadeghi aide à réfléchir sur son corps, son mental, propose des exercices pour renforcer son moi intérieur, renforcer son esprit et faire le plein d'énergie positive pour que le corps aille mieux. Mais il encourage également à ne pas ignorer nos émotions négatives mais à les exprimer d'une certaine façon qui puisse permettre d'acquérir un renouveau personnel, retrouver l'énergie et se mettre dans un état d'esprit favorable à la guérison. Créer un système de traitement des déchets émotionnels pour éliminer la crasse psycho-spirituelle qui nous empêche d'avancer.

Médecin émotionnel de grandes stars américaines, son livre est un best-seller outre-atlantique et Habib Sadeghi est reconnu dans le monde entier pour son approche sans équivalent du bien-être. 
Son livre m'intéressait donc, et j'ai trouvé cette lecture très intéressante, retrouvant à la fois un manuel pratique avec des exercices, mais aussi de nombreux témoignages de patients. 

Une lecture qui se fait petit à petit, par brides, car très riche en informations. Je n'ai pas mis en place toutes les étapes du manuel, j'ai pris ce dont j'avais besoin et j'ai été plus touchée par certains points que d'autres. Pour ma part, j'utilise déjà certaines idées dans mon quotidien, comme s'exercer à la gratitude, pratiquer la méditation, utiliser le papier pour exprimer ses émotions. 

Le livre regorge d'informations, mais il reste abordable niveau lecture. Habib Sadeghi utilise des mots, des phrases qui parleront à tous. Il nous fait comprendre que l'état émotionnel a un impact sur la santé physique. Et ces mots amènent à réfléchir.

Se sentir mieux pour aller mieux. 








jeudi 2 juillet 2020

Nos résiliences





Synopsis :

"Notre vie avait-elle irrémédiablement basculé ? Ne serait-elle plus jamais comme avant ? Étrange, cette notion d'avant et d'après. Je sentais que nous venions de perdre quelque chose d'essentiel. Aucune projection dans l'avenir. Aucun espoir. Rien. Le vide. Une ombre planait désormais sur notre vie. Et j'avais peur. Mais cette peur, je devais la canaliser, l'étouffer, l'éloigner, je ne pouvais me permettre de me laisser engloutir. "
Un seul instant suffit-il à faire basculer toute une vie ?


Ava est galeriste. Une galerie d'art léguée par son grand-père puis son père qui l'a formée dans ce métier. Elle savait qu'elle avait de la chance d'exercer ce métier et que ce métier, tout comme la galerie, lui ait été légué. Elle avait été terrifiée au début, d'être seule, de réussir à conserver et faire vivre la galerie sans son père. Un père qu'elle admirait. Un homme d'une élégance rare, qui lui a tout appris : trouver des artistes, les faire connaître, faire vivre la galerie, organiser des expositions. L'artiste qu'elle vient de découvrir, Idriss, est d'une grande timidité et malgré son talent plus que prometteur, il est rongé par une angoisse paralysante. Il a un talent fou, Ava croit en lui et cela faisait longtemps qu'un artiste ne l'avait pas autant touchée. La prochaine exposition lui sera consacrée, la préparation du vernissage est bien entamée pour Ava. Il a lieu d'ici quelques jours.

Xavier, est vétérinaire de métier. Il a sa propre clinique vétérinaire, mais il lui arrive également de partir travailler dans un centre de soins animaliers en pleine brousse en Afrique. Chaque année, il libère de son temps pour l'Afrique, pour plusieurs semaines ou mois.

Ava et Xavier se sont rencontrés il y a 15 ans grâce à une petite chatte trouvée par Ava et bien amochée. A leur rencontre, une attirance vraie entre eux, Xavier lui annonçait qu'il partait pour l'Afrique pour un mois. Depuis, ils vivent ensemble, ont deux enfants.

Xavier continue ses vacations en Afrique. Et entre eux, il y a toujours ce même amour et ce même désir. Ava a toujours hâte de ressentir les émotions qui la parcoure lorsqu'elle sait que Xavier doit rentrer d'Afrique. Le manque, la faim de s'appartenir les emportaient dans des nuits d'amour... vient ensuite un temps de réadaptation à la vie familiale, se réapproprier leur monde. Il faut toujours quelques jours à Xavier pour se réintroduire dans leur vie familiale. Elle lui laissait le temps qu'il faut, il était l'amour de sa vie, le père de ses enfants. 

Mais Ava aurait aimé un peu plus de soutien de sa part pourtant, à la venue de son vernissage. Elle voyait à peine Xavier qui passait ses journées à la clinique vétérinaire. Leur quotidien était inhabituel et cela souciait Ava déjà bien inquiète dans la préparation de son vernissage.
Comment s'imaginer alors que ce quotidien, leur quotidien, allait être dévasté ?
Une épreuve inattendue pour toute la famille.
Leur vie avait-elle irrémédiablement basculé ?
Ne serait-elle plus jamais comme avant ?

Coup de coeur !

Chacune de mes lectures des romans d'Agnès Martin-Lugand s'est transformée en une pépite haute gamme. Une auteure qui arrive à chaque fois à me bouleverser. Avec ce roman Nos résiliences, c'est l'apothéose. 

Une histoire d'un grand réalisme, bouleversante. La grande question qui ressort de ce roman est "Est ce qu'un seul instant peut changer une vie ?" Une vie paisible, comblée d'amour entre un couple et leurs deux enfants. Une vie professionnelle qui sourit au couple.... Mais en fin de compte, du jour au lendemain un drame peut faire basculer cet équilibre familial d'un claquement de doigts. Le destin ? 

Face à l'insurmontable, ce roman met en avant la force humaine. Beaucoup de blessures, de douleurs à travers les mots d'Agnès Martin-Lugand, celles que ressentent les personnages, on les vit avec eux. Mais il y a également énormément d'amour. Une intrigue écrite avec beaucoup de soin sur le ressenti de chacun dans un combat face à une épreuve inattendue pour une famille, un couple. L'intrigue tourne alors sur ce travail de reconstruction après un drame. Encore faut-il le vouloir... 

Agnès Martin-Lugand nous offre les ressentis, les failles, les bouleversements, des victimes directes du drame, mais aussi des victimes collatérales. Cet effet de répercussion sur des proches. En suivant les ressentis de chacun, on passe pas un flot d'émotions. Désespoir, incompréhension, exclusion, colère, mutisme, culpabilité, souffrance, férocité, amour, force, combativité. Révélation. 

Révélation de soi, et faire preuve alors de résilience pour surmonter le drame, surmonter ses conséquences. Trouver le chemin de la guérison, retrouver un équilibre. Mais il faut avoir une force extraordinaire en soi pour parcourir ce chemin lorsque l'autre sombre dans l'abîme ! Combattre pour deux absorbe tellement de force, qu'il faut sortir toute la férocité tapie au fond de soi pour ne pas s'arrêter de vivre, pour tenir, pour résister. L'un veut se battre quand l'autre veut souffrir..... Un combat lourd, long, dangereux aussi parfois. Et accepter. Accepter que la vie d'avant ne sera plus. 

Avec ce roman, l'auteure nous offre à nouveau un superbe portrait de femme. Une femme qui part au combat, qui ne baisse pas les bras même si l'envie lui traverse l'esprit parfois... Une femme qui dévoile son acharnement pour ses enfants, pour son mari, pour elle, pour tous les proches de ce drame. Les mots d'Agnès Martin-Lugand sont d'une grande sensibilité pour nous faire ressentir ce que traverse chacun des personnages. Notamment avec ce personnage d'Ava qui porte tant sur ses épaules. On traverse ses peurs, ses doutes, son impuissance, ses désirs, ses envies...

On s'attache énormément aux personnages, tous autant qu'ils sont. On s'attache bien sûr au personnage d'Ava, au personnage de Xavier, mais aussi à leurs deux enfants face à leurs émotions, aux autres membres de la famille, aux amis, aux victimes du drame. Des personnages réels, profondément humains de par leurs émotions traversées. 

Une écriture magnifique, comme pour chacun de ses romans. Tant d'émotions palpables qui s'en dégage. Des mots, des phrases, qui vous prennent aux tripes. Qui rendent les personnages inoubliables. Et une intrigue bouleversante tant et si bien que lorsque vous refermez le livre, vous ressentez un grand manque déjà....  Il m'a d'ailleurs fallu du temps pour me replonger dans une nouvelle lecture, tellement Nos résiliences vibrait encore en moi. 

Cette lecture, vous pourrez l'accompagner d'une play-list. Celle qui a accompagnée l'auteure durant l'écriture du roman. Une play-list qui suit la chronologie du roman, elle accompagne donc le lecteur tout au long du roman. C'est d'une grande originalité, et c'est une expérience très appréciable. 

Vous l'aurez compris, je ressors bouleversée de cette lecture et je souligne à nouveau le talent 
d'Agnès Martin-Lugand pour nous transmettre les émotions de ses personnages. 
Des mots, des émotions qui raisonnent encore dans ma tête...




Merci aux Editions Michel Lafon pour cette lecture.



mardi 23 juin 2020

La crêperie des petits miracles





Synopsis :

Adèle a tout quitté : Paris, le grand restaurant dans lequel elle travaillait, la pression constante des cuisines, la misogynie du chef qui la bridait chaque jour un peu plus. Pour échapper au burn out, elle s'est réfugiée chez une amie de sa grand-mère, à Saint-Malo. Dans la crêperie de Joséphine, elle reprend petit à petit ses marques, restant loin des cuisines mais s'occupant du service et des clients. Dans ce cocon gourmand et chaleureux, elle devient celle à qui l’on demande des conseils d’écriture pour un discours municipal, un dossier de candidature ou une lettre de réclamation. Alors, quand la crêperie est menacée de fermeture, Adèle est prête à tout pour empêcher que ce bastion d'humanité et de bienveillance ne disparaisse. À tout, y compris à convaincre Arnaud Langlois, puissant homme d'affaires fraîchement divorcé, de devenir son associé.

Adèle est une jeune femme pleine de talent et elle a tout quitté. Elle a quitté son poste de cheffe dans un grand restaurant étoilé, elle a quitté Paris. Adèle participait à une émission de cuisine de télé-réalité réputée, signait des livres de recettes de cuisine, et son talent était grandement reconnu. Une vie bien remplie grâce à son immense talent de cuisinière. Mais elle a fait le choix de tout quitter.

Fuir sa vie pour se reposer, dormir, se faire oublier, réapprendre à respirer normalement, vivre une vie sans coup de feu, sans pression, sans cris. Parce que oui, Adèle en était arrivé à bout. A bout des réflexions misogynes à son égard vis à vis de ses collègues et supérieurs de travail, à bout de sa vie parisienne à 100 à l'heure. 

Elle a donc décidé de fuir sa vie et pour se ressourcer elle a pris la direction de la Bretagne. A St-Malo, Joséphine, une amie de longue date de sa grande-mère, lui avait recommandé de venir la voir, histoire de rependre pied. Adèle souhaite désormais une vie où elle ne voulait plus cuisiner. Depuis ses seize ans, elle avait toujours travaillé en cuisine. Mais elle n'en pouvait plus des réactions de son directeur et chef, de leur véhémence éhontée. Elle avait tout donné pour l'établissement dans lequel elle travaillait, et cela avait fini par la briser. 

Tout est encore à vif en arrivant à St-Malo chez Joséphine. Les larmes sont amères. Petit à petit, elle reprend pied auprès de Joséphine, et notamment en lui donnant un coup de main au service dans sa crêperie. Mais Joséphine aimerait qu'Adèle passe à autre chose que de faire le service. Elle ne veut pas que le talent d'Adèle reste dans l'ombre. 

Depuis son arrivée, Adèle a trouvé à ses côtés un groupe d'amis où la solidarité est présente. Elle leur donne également un petit coup de main pour des conseils d'écriture. Pour Armel, jeune retraité, elle écrit des discours municipaux. Pour Judith, elle l'aide à écrire ses voeux de mariage. Pour Sonia, elle apporte son aide dans son voeu le plus cher de créer ses robes. Et avec son amie Elisa, elles écrivent des lettres à de grands réalisateurs pour se plaindre des fins de films qu'elles imaginaient autrement. 
Elisa est gravement malade, hospitalisée elle est dans l'attente d'une greffe. Tous les jours, Adèle vient lui rendre visite en espérant voir chaque jour la nouvelle tomber d'un donneur pour la greffe dont Elisa a besoin.

Adèle reprend vie petit à petit, mais toujours loin de la lumière. Joséphine va finir par la bousculer un peu en lui posant un ultimatum. Sa crêperie va bientôt fermer. En prenant connaissance de l'ultimatum de Joséphine, Adèle n'a d'autres choix de se lancer dans l'aventure. Reprendre la crêperie. Et pour cela, elle va devoir convaincre Arnaud Langlois, entrepreneur, brillant homme d'affaires, de devenir son associé. Car oui, Adèle va avoir besoin d'argent pour reprendre les rennes de la crêperie de Joséphine. 

La rencontre avec Arnaud Langlois va se dérouler sur un quiproquo. Et à vrai dire, Arnaud n'a que faire de s'associer pour une crêperie bretonne. Patron d'une grande entreprise, avec des succursales en France et à l'étranger, il n'attend rien d'une crêperie de St-Malo. 
Mais, sa vie familiale tout récemment mouvementée va peut-être l’amener à réfléchir. Tout ça est vu d'un très mauvais oeil par son meilleur ami, Alexis, qui n'est autre également que son avocat. Avocat plutôt cynique, qui n'aime pas les attaches, et qui aime s'éclater dans la vie notamment auprès des femmes. 

La fameuse pluie bretonne qui ne mouille pas pourrait conquérir de nouvelles âmes...
Un feel-good addictif !

Un roman qui fait vraiment du bien, comme à chaque fois avec les romans d'Emily Blaine. Une histoire de quête de soi dans un monde où on vit à 100 à l'heure et où le burn-out nous frôle souvent. Emily Blaine aborde beaucoup de thèmes sociaux de la vie courante, et pourtant elle a su rendre l'histoire douce. On y retrouve des messages forts comme la maladie, le divorce, le burn-out, la misogynie, et tant d'autres encore. Pourtant, on retrouve une lecture feel-good, totalement addictive. C'est rythmé, chaleureux, bienveillant. 

Les personnages sont plus qu'attachants. Que ce soit le personnage d'Adèle, ou bien celui d'Arnaud, ils ont chacun des caractères bien trempés ce qui promet de passer un bon moment à la lecture des dialogues. Il va y avoir du piquant, et ça va mordre ici et là. Des personnages qui ont de la profondeur, tant au niveau des personnages principaux que des personnages secondaires. On ne peut qu'admirer le personnage d'Elisa, qui compte parmi les meilleures amies d'Adèle. Elisa est une jeune femme en attente d'un donneur, et qui garde le sourire et une grande force de vivre. J'aime leurs petits passe-temps d'écrire à de célèbres réalisateurs de films, des lettres de mécontentement sur telle ou telle fin de film. J'ai trouvé ça génial !! Et le top du top, est qu'Emily Blaine nous offre en fin de roman certaines des lettres dont il est question au cours de la lecture. C'est très drôle. 
Le personnage d'Alexis m'a beaucoup fait sourire également. Meilleur ami d'Arnaud, et également son avocat, il est cynique à souhait, c'est un pro de la drague. Et il y a là aussi beaucoup d'humour avec ce personnage masculin assez cliché. 

De l'humour, on en retrouve tout au long de la lecture et ça aussi ça fait du bien. J'ai pris plaisir, et j'ai souri aussi d'y lire quelques dictons bretons ça et là. La Bretagne qui tient une place importante, tel un personnage de roman. Quel plaisir de recevoir la petite bruine en parcourant les remparts de St-Malo. Et oui, je confirme les dires d'Emily Blaine...on ne se fait pas mouiller avec cette petite bruine. ;-)

Le style et l'écriture sont toujours très agréables avec Emily Blaine. Il y a du rythme, des messages forts à travers l'histoire. Les dialogues sont toujours très réels à la vie, ils sont rythmés, parfois mordants entre les deux personnages principaux. On lit ses mots avec plaisir.

Tous les ingrédients de la recette sont là pour un bon feel-good. De l'amour, de l'amitié, de la bienveillance, de merveilleux personnages, et en prime sur un décor breton des plus charmants. Une lecture à accompagner de crêpes bretonnes...



Merci aux Editions HaperCollins France / Harlequin pour cette lecture




mercredi 17 juin 2020

Les Demoiselles





Synopsis :

« Il n'y a que trois règles ici, Rosa. La première : ne jamais tomber amoureuse. La deuxième : ne jamais voler l'homme d'une autre. La dernière : ne boire que du champagne millésimé. »


Seule l'une de ces trois règles sera respectée.

J'avais quinze ans quand j'ai pris la route ce matin-là, et une seule idée en tête : rejoindre le Pays Basque, devenir couseuse d'espadrilles, et échapper à mon destin. Jusqu'à ce que je rencontre les Demoiselles. Des femmes fantasques et mystérieuses vivant au milieu des livres, des jarretières et des coupes de champagne. Qui étaient-elles ? Quel secret cachaient-elles ? Libres et incandescentes, accompagnées d'un majordome plus grand qu'une cathédrale, d'un chauffeur louche et d'un perroquet grivois, les Demoiselles n'auraient jamais dû croiser ma route. Pourtant, ces femmes ont changé ma vie.



On les appelle les Hirondelles, elles n'ont que 12 ou 16 ans. Le temps d'une saison, les jeunes filles de villages espagnols quittent leurs villes, leurs familles. Mais pour aller où ?

Rosa a 15 ans lorsqu'elle quitte Fago en 1923, petit village espagnol au coeur des Pyrénées, avec sa soeur Alma et d'autres jeunes filles du village. Des jeunes filles qui n'avaient qu'un seul mot à la bouche : Mauléon. Toutes attendaient l'automne pour rejoindre la France et devenir couseuses d'espadrilles. Traverser les montagnes à pieds et passer l'hiver au Pays basque, le temps d'amasser un peu d'argent. Devenir une hirondelle et risquer sa vie pour un trousseau. Car oui, ces jeunes femmes risquaient leur vie en quittant leur famille et leur village pour traverser les Pyrénées, dans le froid, pas du tout équipées  pour une telle traversée, avec des sacs de haricots sur la tête. 

Une maladie infantile avait laissée Rosa boiteuse. Sa soeur et elle rêvaient d'aventure, mais elles n'étaient pas prêtes à un voyage aussi périlleux, ni laisser Abuela leur grand-mère qui les avaient élevées. Mais un soir, Rosa émit l'idée folle de quitter Fago. Derrière les montagnes, il y avait la France. Les ateliers d'espadrilles et la promesse d'un salaire. De l'argent pour Abuela. 

Une longue traversée de douleurs, de froid, au coeur des Pyrénées, pour ces frêles hirondelles. 

Et puis, soudain, la découverte. Nous sommes dans les années vingt, l'âge d'or de l'espadrille. Il y a avait alors du travail partout, et pour tout le monde. Rosa n'a que 15 ans et découvre le bruit du klaxon, découvre une entreprise immense, celle de Guerrero. Elle qui pensait n'y trouver qu'un simple atelier... Un atelier immense, avec de chaque côté une table pour les ouvrières. A droite, les Mauléonaises, chignons hauts et blouses claires. A gauche, les hirondelles, cheveux tressés et robes sombres. 

Arrivée comme "petites mains clandestines", Rosa va découvrir un nouveau monde à Mauléon. Elle va faire la connaissance des Demoiselles venues de Paris. Des femmes qui ont osé prendre leur émancipation. Des femmes vivant dans une grande maison, en compagnie de majordomes, d'un chauffeur à la gueule burinée, et sans compter également Gédéon, un perroquet plutôt porté sur les chansons grivoises. C'est au milieu de tissus, de dentelles, mais aussi de coupes de champagnes, que Rosa va surprendre son entourage par son talent et son ambition. 

L'histoire de Rosa est comblée d'amitiés, de légèreté, de féminisme, d'humanité, de plumes, de découvertes, de champagne millésimé, de courage, de jarretières et dentelles, de bienveillance, mais sans compter les drames vécus au long de sa vie. Une vie racontée par Rosa elle-même, dans un carnet adressé à Liz.... et je vous laisse découvrir qui est Liz.


Véritable coup de coeur !!

Magnifique roman mêlant faits réels à la fiction. Un roman à la fois pétillant, à l'instar d'Anne-Gaëlle Huon, et éloquent car racontant l'histoire des Hirondelles. 

Des jeunes femmes espagnoles, parfois très jeunes femmes car à peine âgées de 12 ans pour certaines, qui au péril de leur vie partent de leur village pour un périple à pied à travers les Pyrénées pour rejoindre la France en quête d'un trousseau. Rappelons que l'histoire débute en 1923. Des jeunes femmes enthousiastes lors de ce départ, mais certaines n'atteindront jamais la France au vu de la difficulté de traverser les Pyrénées dans ces conditions précaires de l'époque. Et tout ça pour un trousseau de dentelles et tissus, mais à l'époque tellement convoité. Un fait historique réel et très peu évoqué, je n'en avais moi-même jamais entendu parler. 

L'histoire de Rosa est riche, d'un grand réalisme, et vous tournez les pages avec envie et addiction. Oui, sachez qu'il est impossible de lâcher la lecture de ce roman, mais en même temps vous avez envie de faire durer la lecture pour ne pas quitter ce superbe moment. La vie de Rosa est touchante, et on découvre une femme d'un grand courage. Elle a de l'ambition. Et on ne peut qu'être pris d'émotions pour cette femme.

Une histoire racontée des années après, à travers un carnet écrit à Liz... et je vous laisserai découvrir qui est Liz pour Rosa. 

J'ai d'ailleurs beaucoup aimé cette "construction", plutôt cette narration à travers le carnet de Rosa qui s'adresse à Liz. Là aussi, je trouve qu'il y a une note très touchante et bienveillante (à l'instar d'Anne-Gaëlle Huon) de lire les mots d'une femme, Rosa, qui raconte sa vie, son passé, sur plusieurs décennies. 

J'aimerai que l'on en dise le moins possible sur l'ensemble de l'histoire, car je trouve que ce roman est à découvrir sans en connaître les thèmes et traits. C'est un petit bijou !!

Il y a beaucoup d'humour, beaucoup de tendresse, de bienveillance, de courage... Du courage, ces femmes en ont, autant pour les hirondelles que pour ces cocottes parisiennes qui ont osé un jour s'émanciper. Des femmes féministes, qui s'entraident tout en gardant un brin de légèreté et d'insouciance. 

On s'attache fortement aux personnages, et on n'a pas envie de les quitter.... 

Anne-Gaëlle Huon a l'originalité également d'insérer au sein de la galerie de personnages, des figures importantes du début du siècle. Tel Charlie Chaplin et d'autres encore que je vous laisserai découvrir. 

Les décors du Pays basque donnent envie de découvrir cette région. On a envie également d'en découvrir davantage sur la fabrication des espadrilles, artisanat emblématique de cette région, visiter des ateliers.
On sent que derrière l'écriture de ce roman, il y a du travail de recherche, de la documentation sur la région et sur l'artisanat de l'espadrille, de l'observation de gestes de fabrication. C'est un pur bonheur de lire ce roman car on ressent tout ça à travers les mots.

Je suis à chaque fois conquise par les mots d'Anne-Gaëlle Huon, mais je crois que ce roman Les Demoiselles m'a fortement touchée et je ne peux vous l'expliquer entièrement. 


Des Demoiselles qui nous font passer un moment divin. 
Vous n'aurez pas envie de les quitter d'ailleurs. 
J'ai aimé les Demoiselles, les Hirondelles, le Pays Basque, Mauléon, les espadrilles, 
les belles rencontres, la bienveillance qui se dégage de ce roman, 
le champagne, et les perroquets qui chantent des chansons grivoises... 
Merci Anne-Gaëlle Huon pour ce délicieux moment lecture. 





Merci aux Editions Albin Michel pour cette lecture.


lundi 15 juin 2020

La dame de Reykjavik - Tome 2 : L'île au secret





Synopsis :

Attention il s'agit d'un TOME 2


Au large des côtes de l'Islande, l'île d'Ellidaey abrite la maison la plus isolée au monde. C'est sur cette terre sauvage que quatre amis ont choisi de fêter leurs retrouvailles. Mais, après la chute mortelle de l'un d'entre eux, la petite escapade tourne au drame.

L'inspectrice Hulda, quinze ans avant les événements survenus dans La Dame de Reykjavík, n'a qu'une ambition : découvrir la vérité. Pas du genre à compter ses heures, Hulda ne prendrait- elle pas l'affaire trop à cœur ? Elle n'a jamais connu son père et a toujours entretenu avec sa mère une relation en dents de scie. Une vie de famille tellement chaotique que son job semble la seule chose capable de la rattacher à la réalité... Mais sur l'île d'Ellidaey plane une atmosphère étouffante. Les fantômes du passé ressurgissent.


Attention il s'agit d'un TOME 2


Ellidaey est une petite île isolée au large de l'Islande. Des terres magnifiques, sauvages, de grandes falaises, des vents soufflants. Un groupe d'amis de fac a eu l'idée de s'y retrouver après tant d'années sans avoir eu de nouvelles l'un de l'autre. Des retrouvailles pour commémorer la mémoire de l'une d'entre eux, morte il y a 10 ans. Ils se sont organisés un week-end sur cette île, où seule règne une petite maison sur les bords des falaises. Mais les retrouvailles vont rapidement tourner au cauchemar lorsqu'au petit matin manque l'un d'entre eux. Un corps est retrouvé au bas des falaises. 

Hulda est au sommet de sa carrière, et on la retrouve avec 15 ans de moins que dans La dame de Reykjavik. Elle a la cinquantaine, ne compte pas ses heures de travail, et sa vie familiale est meurtrie et elle a besoin de réponses pour se construire. 
Dans son travail, Hulda est tenace, elle a de l'ambition et elle en aura pour mener à bien cette enquête. 

Deux personnes d'un même groupe d'amis, mortes à 10 ans d'intervalle... Voilà qui attise la curiosité d'Hulda, qui est décidée à rouvrir de vieux dossiers.

Voilà l'île d'Ellidaey dévoilant ses secrets... Hulda travaillera comme une acharnée pour trouver la vérité cachée dans les ombres de cette île sauvage. De sombres moments sont prêts à êtres révélés. 

Du mystère, et une ambiance sombre !

J'ai d'abord été conquise par le tome 1 de cette trilogie, notamment par l'ambiance, l'écriture de Ragnar Jonasson, et puis l'originalité de la construction de cette saga. 

Je suis à nouveau conquise par ce tome 2. L'ambiance reste parfaite ! Ambiance nordique, un peu sombre, notamment grâce aux magnifiques décors sauvages de l'Islande superbement décrits par l'auteur, et par cette enquête qui fait ressurgir de vieux dossiers et des non-dits. 

Je ne dévoilerai rien ici non plus (tout comme dans ma chronique du tome 1 de la trilogie) sur la construction de la trilogie. Je trouve qu'il faut en dire le moins possible, car l'originalité de cette construction y fait beaucoup au fait que cette saga est superbe. 

Côté enquête, je l'ai beaucoup aimée avec des secrets révélés petit à petit pour nous amener jusqu'au dénouement. Une vieille enquête menée il y a plus de 10 ans, se mêlant à celle en cours.Une énigme superbement menée, elle démarre lentement pour prendre plus de rythme au fur et à mesure de la lecture. Des rebondissements viennent alimenter l'enquête pour l'enrichir et lui donner un côté addictif. Une enquête riche puisqu'elle mêle deux morts séparés de 10 ans, donc pour résoudre l'enquête en cours, Hulda va devoir aussi résoudre celle d'il y a 10 ans.

Le suspense est au rendez-vous tout comme cette magnifique ambiance nordique, si envoûtante et mystérieuse. Le froid, les falaises, les vents soufflants vous entoureront. 

Hulda est un personnage assez énigmatique et on la découvre plus amplement, à une autre époque que dans le tome 1, sa vie de famille, sa vie professionnelle, ses faiblesses, ses doutes, ses questions sur sa vie. 

Encore une fois, je reste conquise par l'écriture de Ragnar Jonasson. Par l'envie qu'il donne de tourner et tourner les pages à ne plus vouloir lâcher sa lecture, par ses magnifiques descriptions de paysages. Des fjords, des glaciers, des geysers, des sources chaudes, des falaises magistrales soufflées par les vents froids. L'atmosphère est froide, parfois sombre, et en même temps superbe.

L'ambiance nordique de cette saga me plaît énormément. 
Je suis conquise par l'écriture, la construction originale de la saga, le style de Ragnar Jonasson. 
Et je suis désormais impatiente de découvrir le dernier volet de cette trilogie. 



Vous pouvez retrouver ma chronique du Tome 1 de la saga : La Dame de Reykjavik.




Merci aux Editions de La Martinière pour cette lecture

mardi 2 juin 2020

Compassion - Tome 2 - Saga "Ciel sans étoiles"




Synopsis

Attention c'est un tome 2
SPOILER



Les créatures surnaturelles font maintenant partie intégrante de la société.


Le Conglomérat a choisi de les accueillir à bras ouverts, plutôt que de céder à la peur et à la haine. Il a même réussi à rallier à sa cause le messie tombé du ciel, l'Ange flamboyant.


Cet Ange, c'est le meilleur ami de Miranda, elle le retrouve enfin et espère pouvoir profiter d'un peu de paix dans sa vie. Mais quand des entités à la puissance divine vous placent au cœur d'une prophétie millénaire, difficile de disparaître de la scène. la jeune mécha-technicienne se retrouve donc au cœur des machinations, des enjeux de pouvoir et des divergences primordiales.
Attention c'est un tome 2
SPOILER


Les créatures surnaturelles restées invisibles jusque là, ont été accueillies par le Conglomérat et font désormais partie intégrante de la société.

Et pour Miranda,  humaine améliorée d'optis, une nouvelle tâche l'attend. Elle qui pensait pouvoir s'octroyer quelques moments paisibles depuis qu'elle a retrouvé Louis, humain devenu l'Ange flamboyant et accueilli comme le messie par tous. 

Le désir du Prima Ambition est d'arriver à briser la barrière qui isole tout le système solaire. Il n'est pas le seul à le vouloir, le Prima Frustration aussi. Quant à Compassion, elle est prête à tout pour sauvegarder la barrière. Ils sont prêts à tout pour assouvir leurs intentions et dans ce jeu de pouvoir se trouve Miranda. 

Miranda semblerait être en effet la seule personne capable de rompre la barrière, seule être vivant du système solaire à posséder une force dont elle ne se savait pas dotée. 

Tout est bon pour parvenir à forcer Miranda dans cette mission, même à poser un contrat sur sa tête. Elle et son équipe vont donc se retrouver au beau milieu de jeux de pouvoir, de machinations, et se retrouver étirés entre des divergences d'intérêts, des oppositions de Primas qui ont chacun leurs intérêts. 

Quel univers !!

2ème opus de la saga Ciel sans étoiles, et Yoann Dubos nous a vraiment concocté un univers incroyable. 

Après avoir découvert le 1er opus et un nouveau monde très intéressant créer par Yoann Dubos, je retrouve le même univers toujours aussi passionnant. On sent bien que le 1er opus était là pour mettre en place cet univers nouveau, et poser les personnages ; et là dans le 2ème opus nous sommes au coeur de l'intrigue de la saga. Ce nouvel univers, ce nouveau monde si unique se dévoile encore plus et se développe au fil des pages.

L'intrigue est captivante et on se retrouve au coeur de machinations. Il ressort, tout comme dans le 1er opus, des thèmes forts porteurs de messages. L'intrigue est très riche en événements et on y retrouve beaucoup d'actions, ce qui apporte du rythme à la lecture. On retrouve également quelques petits flash-backs du tome 1.

On retrouve les personnages du tome 1, toujours très bien construits. Le personnage de Miranda a gardé son côté caractère fort, courageux. Elle en veut et ne mâche pas ses mots et j'aime beaucoup ce personnage. Toujours un très beau travail sur cette création de personnages de la part de l'auteur tant sur le caractère que sur le côté physique avec des personnages atypiques. On découvre également de nouveaux personnages qui entrent en scène dans ce 2ème volet, notamment avec Trémor, fragment de Frustration (son père, ou créateur). Un personnage plus touchant qu'il n'y parait. 

Le style, l'écriture, sont toujours aussi bons. Toujours autant de créativité de la part de Yoann Dubos, tant sur l'univers, que sur les personnages. Beaucoup de rythme également dans l'écriture. On ressent toujours un beau travail derrière l'écriture, notamment côté sciences. C'est riche et intéressant.

Un univers toujours aussi captivant, une intrigue qui s'étoffe entre manipulations et oppositions 
et qui donne envie de poursuivre les aventures avec la lecture du dernier tome.




Lien vers le tome 1 : ICI



Merci aux Editions Snag Fiction pour cette lecture



vendredi 29 mai 2020

La route du lilas






Synopsis

Chaque printemps, Shelly et Laura traversent les États-Unis pour suivre la floraison du lilas. En plus de leur offrir quelques mois de lilas supplémentaires, ce périple leur permet de faire passer clandestinement la frontière canadienne à des femmes en fuite qui veulent refaire leur vie. Cette année, elles accueillent Maria Pia, sexagénaire brésilienne, à bord de leur camping-car. Initiée au rite de l’écriture sous l’influence du parfum enivrant du lilas par ses deux compagnes de voyage, Maria Pia dévoile au fil des jours et des pages les raisons de sa cavale, son histoire ainsi que celle des femmes qui ont marqué sa vie. Entre passé, présent, mythe et réalité, du Tennessee à Montréal en passant par Rio et Paris, ces histoires enchevêtrées dessinent une ode à la résilience et à toutes les femmes du monde.

Chaque année, au printemps, Shelly et Laura parcourent les routes des Etats-Unis pour suivre la floraison du lilas. Mais le but du voyage ne se limite pas à sentir les lilas du sud au nord de l'Amérique du Nord. Le lilas fait partie d'une expérience littéraire toute particulière. Pour Shelly, les effets exercés par le parfum du lilas chez la femme ouvrent des perspectives créatrices infinies. Elle avait donc entrepris avec Laura une expérience d'écriture jamais tentée auparavant, celle de rédiger, sous l'influence du parfum du lilas, des textes littéraires. Pas d'indications sur la forme, la thématique, ou la longueur. 

Mais la passion du lilas est également une couverture à leurs activités illégales. A bord de leur camping-car, Shelly et Laura prennent des femmes en fuite afin de les faire passer clandestinement la frontière canadienne. 

A bord de leur camping-car, Pia, mystérieuse Brésilienne. Dans l'état où elle était en quittant le Brésil, Pia ne se voyait pas parcourir seule les routes des Etats-Unis. Elle s'était donc abandonnée à ces deux femmes excentriques dans leur camping-car. Shelly et Laura pratiquait ce passage clandestin depuis les années 1990 où elles avaient décidé d’œuvrer seules et d'être utiles pour des femmes. Leurs missions : arracher une femme aux griffes d'un mari violent, ou faire disparaître des femmes durant un temps, etc. 

Durant leur périple, elles leur demandent d'écrire leurs histoires dans des carnets. Les effluves du lilas aidant, les femmes se laissent aller à l'écriture et à la délivrance des secrets. 

Au début, Pia ne comprenait pas trop leur manège. Parcourir les routes, s'arrêter à des endroits bien précis où se trouvaient les plus beaux lilas... C'est un soir où elles se sont immobilisées devant un magnifique "Madame Lemoine" dont les boutons commençaient à s'ouvrir, libérant un parfum délicat, que Pia compris. Étendues sur une couverture, sous le lilas en fleur, le phénomène se produisit pour Pia. Le parfum vint adoucir son visage, et il provoqua chez elle une expérience proustienne. Une effluve avait suffi pour ranimer des souvenirs qu'elle avait crus à jamais oubliés. Et la main de Pia se mit alors en mouvement sur le cahier...

Des souvenirs à foison partant de son enfance au Brésil dans la ferme familiale Três Tucanos, à sa fuite vers Paris avec le beau Thiago. Thiago, paparazzi en chasse de son oiseau, Edith Piaf. Une fuite vers Paris où Pia découvrira un autre Thiago, violent et volage. Une fuite qui s'avérera plus douloureuse qu'elle ne l'aurait cru, remplie de drames. Elle y rencontrera une femme, Thérèse. Toutes deux passionnées de féminisme, mais elles vouent un culte à Dalida là où le tout Paris adore Barbara. Pia donnera le prénom de Simone à sa fille, en hommage à Simone de Beauvoir.

A chaque arrêt sur les routes américaines, à chaque effluve d'un nouveau lilas, Pia rempli les cahiers d'écriture sous les yeux de Shelly et Laura. Des pages écrites dévoilant des secrets et des histoires de femmes. Son histoire à elle tout d'abord, et Pia a une vie remplie de secrets, de drames, et de violences. Tous les soirs, dans le camping-car, Pia écoute une émission populaire brésilienne, et l'une d'elle l'a totalement absorbée : l'histoire de son pays, plus précisément d'une femme qui marqué l'histoire de son pays en 1816, Léopoldine, princesse Autrichienne. Shelly et Laura voient Pia absorbée chaque soir devant son écran sans qu'elles ne comprennent pourquoi tant d'adoration devant une émission populaire. 

Shelly et Laura ne savent pas ce que Pia s'en allait faire à Montréal. Elles tenaient à ne pas s'immiscer dans la vie privée de leurs passagères. Elles n'avaient pas la moindre idée de qui elle allait rejoindre. Une personne en qui elles avaient confiance leur avait demandé de la lui livrer vive le 19 mai au Jardin botanique de Montréal. Elles n'en savaient pas plus. Dans quelle histoire cette Brésilienne aux penchants carnivores et alcooliques avait-elle trempé ? Leur mission consistait à transporter Pia jusqu'à Montréal, le reste ne leur appartenait pas. 
Mille et une histoires....

Il est très difficile de résumer ce roman tellement il foisonne d'histoires reliées entre elles. Ce road trip atypique m'a totalement embarquée sur les routes de la floraison du lilas aux Etats-Unis en compagnie de ces trois femmes. On retrouve une ode aux femmes, à toutes les femmes du monde. Mais aussi une ode à la résilience, et bien sûr une ode au lilas. Un roman extrêmement riche en découvertes, informations, et aventures.

L'auteur nous livre un historique botanique des plus intéressant, un hymne au printemps.  Et qui rime avec printemps...le lilas. Oui, pas de printemps sans les effluves du lilas, et l'auteur nous offre un très bel historique du Syringa Vulgaris. Un historique présenté tout en légèreté et finesse, qui nous mettra en recherche d'une effluve de lilas dans le jardin tellement il en parle bien. L'auteur parle superbement du lilas, semé ça et là tout au long du roman à travers les histoires de femmes. 

Le lilas n'est là que pour sublimer les femmes du roman. Des femmes qui traversent des épreuves, des femmes courageuses, des femmes qui donnent de l'espoir. Des femmes magnifiques tel l'éclosion des thyrses glorieux du lilas. Des femmes que l'on rencontre à différentes époques historiques, que ce soit Léopoldine, princesse Autrichienne expatriée au Brésil, que ce soit Pia à travers les décennies, ou encore Thérèse rencontrée à Paris, ou bien Simone, la fille de Pia. 

De nombreuses histoires, toutes reliées entre elles. L'auteur a une imagination débordante mais nous ne sommes aucunement perdu à la lecture. J'ai aimé voyager entre le Brésil, la France, les Etats-Unis, le Canada, et tout ça à différentes époques. 

J'ai particulièrement aimé la partie historique, et la vie de Léopoldine au Brésil. Cette partie du roman (environ 100 pages du roman) m'a littéralement passionnée et l'auteur a su parfaitement écrire cette partie historique qui donne à la lecture un petit côté addictif sur les aventures de cette femme historique. Est-elle tout à fait réelle ? Je pense qu'il y a un mélange de fiction à la réalité historique, mais cette partie du roman est vraiment passionnante. Et j'ai rencontré alors une femme pleine de courage, et je l'ai trouvée très moderne pour son temps. 

Mon seul petit bémol sur cette lecture, est la dernière partie du roman qui est totalement différente du reste. Mais je vous rassure de suite, cela n'a aucune gâché ma lecture et cette belle découverte livresque. Oui, la dernière partie du roman nous fait partir sur une dystopie sociale en Gaspésie, péninsule située au Centre-Est du Québec, qui nous éloigne un peu du reste du roman et de l'histoire de Pia. Une partie surprenante car bien différente du reste du roman, sur environ 100 pages, qui m'a laissée un peu dubitative. 

J'ai découvert avec ce roman la plume d'Eric Dupont, ce qui me donne envie de découvrir "La fiancée Américaine". Une plume qui rend hommage aux femmes, actuelles ou historiques. 

J'ai aimé la construction du roman entre road trip et plongées dans les souvenirs provoqués par les déclenchements olfactives du lilas, effluves sensorielles qui provoquent des pages d'écritures narrant les souvenirs et les secrets. La typographie du roman passe alors en italique pour bien différencier les cahiers d'écriture de Pia, du reste de l'histoire. 

Je me suis totalement laissée porter par les effluves du lilas avec ce roman plein de surprises. 
Un très beau voyage parmi ces femmes remplies de courage et de volonté. 
Une ode aux femmes, à la résilience, au lilas.





Merci aux Editions HarperCollins France pour cette lecture