lundi 24 février 2020

Lune Pourpre - Tome 3 : Embrasée




Auteur : Laëtitia Danaë

Editeur : Snag Fiction
Collection : Lune Pourpre
Romans - Romans fantasy - Young Adult - Saga Lune Pourpre - Trilogie - Aventure - Quête initiatique - Apprentissage - Destin - Magie - Pouvoir - Lutte
Pages : 619
Parution : 09 janvier 2020
Merci aux Editions Snag Fiction pour cette lecture









Synopsis

Attention, c'est un tome 3
Spoiler si vous n'avez pas lu les tome 1 et 2 !!

Depuis qu’elle a dû quitter son petit village pour rejoindre les Fronts Marqués, Lilith a essuyé beaucoup d’affrontements et traversé de nombreuses tempêtes. À présent, le temps lui est compté et l’affrontement final n’a jamais été aussi proche. Pour espérer renverser le roi Donovan, les peuples opprimés n’ont pas d’autre choix que de s’allier, en dépit de la défiance et des mésententes. 
Dans ce troisième opus où les histoires se croisent et s’entrecroisent, Lilith doit prendre des risques et mener la plus grande guerre de toute sa vie. L’heure est venue pour elle de s’embraser.

Attention, c'est un tome 3
Spoiler si vous n'avez pas lu les tome 1 et 2 !!

Nous sommes sur les territoires du Royaume d'Hibendrill où la tension est à son comble. Moira, Helian, Mutiane, Melhen, et d'autres encore, ont dû faire face à des épisodes dramatiques aux 4 coins du royaume. 

Mais ils doivent encore affronter la bataille finale. Pour cela, ils vont devoir découvrir les secrets des premiers Amazones. Le coffre trouvé à Fall Marma contenait des indications en langue Originelle amazonienne. Pendant que Moira, Melhen, et Mutiane vont devoir parcourir un long chemin pour découvrir les secrets qui pourraient sauver le royaume, Helian lui est toujours prisonnier de son père à Asem-la-Belle. 

Ils vont découvrir également de nouveaux pouvoirs, mais il faudra un certain courage à chacun pour les acquérir.

Et dans les 4 coins d'Hibendrill, les peuples commencent à se rassembler pour lutter contre l'oppression du Roi Donovan. Dans les bois cachés, les peuples vont faire alliance et se rassembler pour s'unir contre la royauté. Mais chaque peuple à ses propres avis et tactiques de combat, et certaines mésententes font place. Il va falloir apprendre à cohabiter et surtout apprendre à se battre ensemble et à communier avec les différentes pratiques de chacun. 

Des rencontres étonnantes attendent Moira, Mutiane, Melhen, Helian, et leur daïtiens. Des heures déterminantes les attendent aussi pour vaincre la royauté et les démoniaques Roi Donovan et son fils Zendel tout aussi démoniaque que lui. Chacun doit poursuivre sa propre quête pour faire avancer l'histoire, jusqu'au dénouement final. 

Une saga passionnante !!!!

Oui, cette trilogie m'a vraiment happée dès ma lecture du 1er tome, dès les premiers instants de lecture grâce à cette magnifique écriture, ce nouveau monde totalement inventé par Laëtitia Danaë, et ses personnages si attachants.

A nouveau dans ce 3ème et dernier tome, on se sent transporter dans ces terres du royaume d'Hibendrill qui sortent tout droit de l'imagination de l'auteure. Un univers vraiment incroyable et totalement captivant. L'histoire est incroyablement bien menée tout au long des 3 tomes, avec un final grandiose et je ne vous cache pas que j'ai versé ma petite larme à la lecture du dénouement. Un final qui a su me surprendre car je ne m'y attendais pas du tout, et l'émotion est palpable. Préparez vos mouchoirs.

Toute la saga offre un suspense de fou mais je trouve que ce 3ème opus est encore plus fort, les rebondissements nous amènent des surprises fabuleuses et apportent un rythme effréné jusqu'au moment fatidique. On se surprend parfois même avec les dents serrées à la lecture de ce tome...

Les personnages prennent encore plus d'ampleur dans ce dernier tome, et c'est très appréciable. Ils ont tous un tempérament fort et cela apporte beaucoup aux échanges de dialogues. On est même gâté je trouve ! On y fait également la rencontre de nouveaux personnages qui apportent beaucoup, et puis ce 3ème tome met un peu plus en avant des personnages rencontrés dans les précédents tomes. Et c'est là que l'on se rend compte du merveilleux travail de Laëtitia Danaë. 

Quelle surprise également de découvrir une nouvelle présentation dans la narration puisque chaque chapitre est dédié à l'un des personnages de la saga et pas forcément fixé non plus sur les 4 principaux (Moira, Mutiane, Melhen, Helian). On va retrouver des chapitres où chaque personnage rencontré va en être le narrateur. Et là, je peux vous dire que c'est l'apothéose car du coup on a le point de vue et le vécu de TOUS les personnages. C'est fabuleux !! C'est un pur régal pour le lecteur !!

Les personnages...on continue de s'y attacher fortement depuis le 1er tome. Ils ont chacun une quête personnelle à travers les événements qu'ils vivent et ils prennent donc plus d'ampleur au fil de l'histoire. L'auteur n'est pas tendre avec eux dans ce dernier tome, car ils vont en vivre des aventures ! Le côté psychologie tient une part importante pour chacun je trouve dans ce dernier opus, à travers les aventures qu'ils vont vivre. Des aventures d'une grande dureté qui ne va pas laisser de tout repos leur émotion (ni les nôtres ^^).

A travers cette saga fantasy, des messages cachés notamment avec ces peuples qui se rassemblent, qui se découvrent, qui se côtoient, qui s'appréhendent, qui échangent leur savoirs, et pour finir qui s'unissent contre l'oppression. 

Les décors sont toujours incroyables dans ce dernier opus et on en découvre encore de différents des 2 précédents tomes. Les détails sont nombreux pour que l'on ait l'impression de marcher également sur les territoires d'Hibendrill. 

L'écriture est toujours aussi belle et magique. Une écriture d'une grande qualité, et je l'ai déjà souligné dans mes précédentes chroniques du tome 1 et 2. Les dialogues sont superbes.

Difficile de quitter les personnages, tellement on s'attache à eux mais aussi à cet univers.... 
N'hésitez pas à vous lancer pour découvrir cette saga fantasy absolument éblouissante sur bien des points !




Retrouvez mes précédentes chroniques de la saga :

Lune Pourpre - Tome 1 : Initiée
Lune Pourpre - Tome 2 : Asservie



vendredi 14 février 2020

La fille de Brooklyn




Auteur : Guillaume Musso

Editeur : XO Editions
Collection : Hors Collection 
Roman - Suspense - Drame - Enquête - New-York - Etats-Unis - France
Pages : 473
Parution : 24 mars 2016









Synopsis

"Si j'avais commis le pire,

m'aimerais-tu malgré tout ? "

Vous auriez répondu quoi, vous ?
Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l'aimerais quoi qu'elle ait pu faire.
Du moins, c'est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d'une main fébrile, et m'a tendu une photo.
– C'est moi qui ai fait ça.
Abasourdi, j'ai contemplé son secret et j'ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours.

Sous le choc, je me suis levé et je suis parti sans un mot.
Lorsque je suis revenu, il était trop tard : Anna avait disparu.
Et depuis, je la cherche.


Antibes, le 31 août 2016. Raphaël se souvient de ce jour, la dernière fois où ils furent heureux, lui et Anna.

Ils étaient dans la préparation de leur cérémonie de mariage, et en ce soir du 31 août 2016 une belle soirée s'annonçait. Le chant des cigales, une légère brise, une vue splendide... Ils auraient dû passer une belle soirée. Mais à la place, une idée obsessionnelle de Raphaël qui lui trotte dans la tête depuis quelques temps : n'avoir aucun secret l'un pour l'autre. 

Une peur de ne pas connaître sa future épouse, en même temps ils ne se connaissent que depuis peu... Était-ce la proximité de leur mariage ? la crainte de franchir le pas ? la vitesse à laquelle ils avaient décidé de s'engager ? Très certainement un mélange de tout cela, mais aussi le passé de Raphaël marqué par la trahison de gens qu'il avait crû connaître. 

Alors, il avait tendu un verre à Anna et lui avait demandé : "Je suis sérieux, Anna : je ne veux pas vivre dans le mensonge". Anna lui admet qu'elle ne veut pas non plus vivre dans le mensonge, mais que le mensonge ne signifie pas n'avoir aucun secret.

Une répartie qui dérange encore plus Raphaël. Et à force d'insister sur ce thème, Anna avoue à Raphaël avoir un secret. Mais elle ne lui cache pas que s'il s'obstine sur ce terrain, une fois qu'il connaîtra son secret, non seulement il ne l'aimera plus mais il la détestera aussi. 

Raphaël la rassure en lui disant qu'il est capable de tout entendre. 
C'est du moins ce dont il était persuadé à ce moment-là, avant de découvrir le secret d'Anna. 

Et Anna pris son sac pour en sortir une tablette tactile, et lentement elle a fait défilé les photos pour trouver le cliché qu'elle cherchait. Elle a regardé Raphaël droit dans les yeux et lui a tendu la tablette. Et là, Raphaël a pu contempler le secret qu'il venait d'extorquer à Anna. 
Une seule réplique d'Anna : "C'est moi qui ai fait ça."

Raphaël en était abasourdi, scrutant l'écran jusqu'à ce qu'un haut le cœur lui retourne l'estomac. Il s'attendait à tout sauf à ça...

Il s'est d'abord mis debout. Pris de vertiges, il attrapa son sac de voyage et quitta la maison. Il avait la chair de poule, il était sidéré, et des gouttes de sueur lui troublait la vue. Il a roulé dans la nuit. Tout se bousculait dans sa tête : la violence du cliché, l'incompréhension... Mais il ne pouvait pas partir comme ça ! Les regrets de son geste lui font faire demi-tour pour discuter avec Anna, comprendre. 

Mais une fois de retour, plus personne dans la maison. Le sol était jonché d'éclats de verre. Une étagère avait été projetée au sol. Sur le portable d'Anna, l'appel de Raphaël restait sans réponse. Où était-elle ? Que s'était-il passé pendant les 20 minutes d'absence de Raphaël ? Quelle boîte de Pandore venait-il d'ouvrir en remuant le passé ?
Un roman plein de suspense !!

Une lecture haletante façon course poursuite avec un suspense très prenant tout au long de la lecture. L'intrigue est vraiment bien menée du début à la fin, et on est cloué à la lecture sans arriver à lâcher le roman. Je n'ai, jusqu'à maintenant, que peu lu de romans de Guillaume Musso même si j'en ai quelques uns qui m'attendant bien sagement dans ma pile à lire. Et je dois dire que j'aime sa façon d'écrire avec ce suspense haletant. 

La progression de l'histoire est captivante à suivre. Les secrets se révèlent au grand jour au compte goutte tout au long de la lecture, et le personnage principal va aller de surprise en surprise. J'ai aimé la direction qu'a pris l'histoire et on reste surpris et pris de frissons jusqu'au dénouement.

On découvre des personnages aux relations assez complexes. Les ressentis de chacun sont intéressants à suivre.

Les décors sont plantés entre la France et les Etats-Unis ; et j'ai aimé naviguer entre ces lieux différents les uns des autres. Une enquête sur une courte durée, donc un rythme assez vif pour la lecture et c'est agréable.

Le style est rempli de détails, peut-être un peu trop d'ailleurs à mon goût parfois mais cela ne gâche en rien la lecture. L'histoire est racontée de plusieurs points de vue, et j'aime ce genre de narration. Belle écriture également, toujours plaisante à lire.

Un gros point fort pour les débuts de chapitres, que j'ai adoré !! Chaque début de chapitre est composé d'un titre particulier et d'une citation littéraire. C'est le petit truc en plus qui fait tout. 

En bref, une lecture passionnante avec un suspense garanti du début à la fin. Prévoyez du temps devant vous car difficile de lâcher le roman en cours de lecture.

mercredi 12 février 2020

L'heure du pendu






Auteur : Leslie Glass
Traducteur : Edith Ochs

Titre original : Hanging Time

Éditeur : France Loisirs avec l'autorisation des Editions Payot
Policier - Enquête - Meurtres - New-York
Pages : 382
Parution : 2002







Synopsis

Des crimes bizarres à la mise en scène perverse sont commis dans la ville de New York sans aucun mobile apparent... Parallèlement à l'enquête policière qui débute , une jeune femme recherche l'aide d'un psychanalyste : sa soeur , atteinte de troubles psychologiques graves aurait commis un meurtre , peut-être plusieurs... Quel est le lien entre ces deux histoires de folie et de sang ? Une jeune inspectrice d'origine chinoise et son coéquipier mexicain vont devoir avancer avec prudence et méthode à travers les méandres d'un labyrinthe obscur qui se referme sur la mort ....

C'est le chien qui attira en premier le regard de Maggie Wheeler et qui entraîna sa mort. 

Le lendemain matin, l'inspectrice April Woo de la brigade criminelle du 20e commmissariat de la police de New York sera appelée sur les lieux d'un crime abominable. Son coéquipier Sanchez doit, lui, rentrer d'une semaine de repos au Mexique. 

April Woo a démarré sa carrière à Chinatown, un quartier qui lui manquait car elle y était née, y avait passé la plus grande partie de sa vie, et elle avait ensuite été promue inspectrice dans le commissariat du 20ème, dans le Upper West Side, un quartier bourgeois. Depuis, c'est une acharnée du travail. 

Et les crimes ne manquent pas, comme celui pour lequel elle est appelée. April Woo et le sergent Sanchez sont les premiers inspecteurs à voir Maggie Wheeler dans la boutique de luxe dans lequel elle travaillait, à quelques rues du commissariat. 

Maggie Wheeler est retrouvée pendue dans le petit réduit de la boutique, barbouillée de maquillage avec du bleu aux yeux et un rouge à lèvres prune badigeonné grossièrement à la manière d'un clown. Le meurtrier l'a revêtue d'une longue robe, avec encore l'étiquette, de taille 44, quand la jeune fille devait faire que du 36. Ce n'était pas un suicide. C'était l'oeuvre d'un maniaque.

Pendant ce temps là, une jeune femme recherche de l'aide auprès d'un psychanalyste, Jason Frank. Cette femme recherche l'aide du psychanalyste pour sa soeur qui serait atteinte de troubles psychologiques, et qui aurait commis un meurtre. Milicia et Camille Honiger-Stanton ont grandi dans le Connecticut dans une grande maison. Enfants issues d'une famille aisée. 
Jason accepte de compter parmi ses clients Milicia pour qu'elle lui relate les faits et ses sentiments vis à vis de sa soeur et pourquoi elle pense que sa soeur a commis un meurtre. Milicia pense que sa soeur Camille est trop instable, et qu'elle doit être signalée à la police. 

Jason trouve que Milicia en fait trop, il trouve cette femme parfois même hystérique. Elle le harcèle à son cabinet de psychanalyse pour qu'il la voie en consultation, plus qu'il ne le faudrait. Pourquoi a-t-elle aussi peur de sa soeur, pour sa soeur, et pour les autres... Quoi penser, lorsque l'on n'a jamais rencontré encore ladite soeur instable... 

Alors que Jason tente de rassurer et de conseiller Milicia sur sa soeur, un deuxième meurtre est commis dans une autre boutique du même quartier. L'enquête va alors se compliquer pour April Woo et Sanchez, avec ce 2ème meurtre tout aussi abominable ayant le même cas de figure que le 1er. Ils sont désormais à la recherche d'un tueur en série.

Et pour Jason Frank, des événements trop étranges sont évoqués entre les 4 murs de son cabinet... 

Une intrigue rythmée.

Je ne connaissais absolument pas ce roman policier, je l'avais trouvé dans une boîte à livres, et je dois dire que j'ai été agréablement surprise.

En recherchant quelques indications sur ce roman, je découvre qu'il s'agit du 2ème opus d'une série mais cela ne m'a absolument pas dérangé pour la lecture. Tout est relaté par Leslie Glass pour comprendre la vie des protagonistes inspecteurs qui tiennent le 1er rôle dans cette série, soit April Woo et l'inspecteur Sanchez ainsi que Jason Frank qui est également un personnage récurrent. 

Des personnages très intéressants de par leurs contextes familiaux. Nous avons deux co-équipiers qui travaillent ensemble depuis un petit moment, tout deux issus d'origines différentes. Nous avons April Woo, Chinoise, qui n'est pas un flic ordinaire. C'est une acharnée de travail, elle ne lâche rien et a toujours de bons pressentiments. Elle est en prise entre son éducation chinoise, et la vie américaine. Elle est souvent surveillée par sa mère. 
Sanchez est mexicain, il a une vie au Mexique, qui le tenaille dans son quotidien.
J'aurais aimé en découvrir pourtant davantage sur les protagonistes avec ce contexte de recherche identitaire.

Je pense qu'au cours de la série, le personnage d'April Woo doit prendre plus d'ampleur. 

L'intrigue est bien menée, et elle est rythmée tout au long de la lecture. Leslie Glass apporte quelques rebondissements qui font douter le lecteur. On sait pourtant que tout va se jouer avec tel ou tel personnage, mais l'auteure nous fait douter jusqu'au dénouement. 

Ici, l'auteure attire aussi l'attention sur le secret médical. C'est intéressant à suivre. 

Le style est simple, agréable et facile à lire. Des meurtres abominables mais nous ne sommes pas dans le sanguinolent. Les chapitres sont courts et apportent du rythme à la lecture.

Une enquête agréable à suivre, des personnages intéressants et je ne dis pas non à la lecture d'une nouvelle enquête en compagnie d'April Woo, de Jason Frank et l'inspecteur Sanchez.

jeudi 6 février 2020

Rose




Auteur : Tatiana de Rosnay

Editeur : Le Livre de Poche
Roman - Roman épistolaire - Roman historique - Paris - Second Empire - Amour - Amitié - Haussmann - Souvenirs
Pages : 264
Parution : 29 Février 2012










Synopsis

Paris sous le Second Empire. Les ambitieux travaux d'Haussmann détruisent des quartiers entiers, générant des milliers d'expropriations douloureuses. Loin du tumulte, Rose Bazelet mène une vie paisible, au rythme de sa lecture du Petit Journal et de ses promenades au Luxembourg. Jusqu'au jour où elle reçoit la fatidique lettre du préfet : sa maison, située sur le tracé du boulevard Saint-Germain, doit être démolie. Liée par une promesse faite à son mari, elle ne peut se résoudre à partir. Contre le baron, contre l'empereur, Rose va se battre pour sauver la demeure familiale qui renferme un secret jalousement gardé…
Second Empire, Paris 1869. Sur ordre de l'empereur Napoléon III, le baron Haussmann a engagé une série de rénovations de grande ampleur qui transformera totalement et définitivement Paris en une ville plus moderne. Le préfet et l'empereur ont imaginé une cité propre et moderne, avec des égouts adaptés, un éclairage public, une eau débarrassée de ses germes. 

On peut entendre des chocs, des coups, des grondements, menaçant ; le sol qui frémit, des cris, des hennissements de chevaux, des nuages de poussière suffocants, une fumée âcre...la rumeur d'une bataille. Il y a 15 ans, à la nomination du préfet, Rose Bazelet et son mari étaient certains que le préfet ne toucherait pas à l'église de leur quartier ni aux maisons autour d'elle. Ils disaient "Nous sommes près de l'église, cela nous protégera." Et le père Levasque disait encore il y a peu, qu'il faudra plus qu'un préfet ou un empereur pour menacer le quartier. Le couperet est tombé : l'église sera épargnée, mais pas la maison de Rose Bazelet, seule depuis la mort de son mari il y a 10 ans. 

Mais Rose Bazelet prendra position pour la sauvegarde de la maison familiale. Elle est déterminée à lutter. Oh ce n'était pas l'argent de la maison qui l'intéressait. Mais la maison en elle-même, les souvenirs. Tant de douleur, de souffrance, à l'idée que cette maison soit rasée. Leur maison, à elle et à son mari disparu. C'est la seule chose qui la relie encore à lui, avec leurs souvenirs. Certains ne comprennent pas Rose. Comment pouvait-elle ne pas comprendre que ces grands travaux menés dans la ville étaient nécessaires, ne pas le voir et refuser le progrès, la salubrité ? Mais Rose leur répondait qu'ils étaient trop jeunes pour comprendre ce qui la liait à cette maison. Et Rose ne s'avouait pas vaincue, elle n'allait pas abandonner le combat. 

Tandis que d'autres quittaient les lieux, Rose revendiquait pour sa maison de la rue Childebert, ignorant les bruits du changement qui se rapprochaient un petit peu plus chaque jour. Isolée dans sa maison, pour surmonter la solitude du quotidien, elle écrit alors des lettres à son défunt mari. Elle replonge dans des bribes de souvenirs, jusqu'à révéler des secrets restés enfouis dans les murs de la maison de la Rue Childebert...

Très beau roman épistolaire.

A travers ce roman épistolaire, Tatiana de Rosnay nous entraîne dans un Paris historique avec ses vieux métiers et petits commerces, ses rues et quartiers où tout le monde se connaissaient, où les sabots des chevaux résonnaient sur le pavé. 

On assiste à un fait historique où justement une page se tourne. C'est la fin d'une époque, et on y assiste à travers les lettres de Rose pour son défunt mari. Des grands travaux d'embellissement pour un Paris plus moderne mais qui vont indéniablement raser les souvenirs de certains. 

Un Paris qui renaît mais en même temps c'est triste d'assister à tout ce changement qui va détruire des vies et les souvenirs de beaucoup de monde.

Tatiana de Rosnay aborde des thèmes forts et intéressants, tel que le deuil, l'absence, la mémoire, les secrets de famille... A travers ses mots, elle nous offre une réelle description des faits de ce renouveau parisien. On a l'impression de faire un bon dans le temps, et d'y être tellement la narration et descriptions sont superbes. On a cette sensation que le quartier de la Rue Childebert prend vie sous nos yeux. On ressent toute la violence vécue par les habitants face à ce changement radical, Tatiana de Rosnay nous fait ressentir cette violence, ce grondement sourd de destruction. C'en est même parfois oppressant.

Historiquement parlant, ce roman est d'un grand intérêt. On comprend bien le changement radical qui concerne tant de personnes qui vont devoir quitter leur vie actuelle.

Et cette femme âgée, Rose Bazelet, est émouvante. Une femme prête au combat, seule, qui a décidé de rester sourdes aux bruits sauvages de destruction qui l'entourent. Elle est décidée à rester sur les lieux, dans la maison qu'elle a partagé avec son défunt mari, dans la maison qui renferme encore tant de secrets.

Ces lettres écrites par Rose à son défunt mari sont d'une grande sensibilité, même si à côté de cela nous ressentons toute la violence de la destruction des rues avec l'expropriation des propriétaires des maisons et commerces et la démolition massive des quartiers parisiens.

A la lecture, on découvre les secrets renfermés par les murs de cette maison tant aimée de Rose. Tout le vécu, le passé du quartier aussi.

Le style de Tatiana de Rosnay est superbe, une narration sensible, un style "élégant" (je ne trouve pas le bon terme pour m'exprimer...).

Un roman épistolaire qui rend hommage à une femme prête à prendre le combat, seule. 
Une fiction historique d'un grand intérêt, remplie de sensibilité et de nostalgie aussi.

lundi 3 février 2020

10 petites souris





Auteur / Illustrateur : Florence Guittard

Editeur : Marmaille & Compagnie
Collection : Album
Albums jeunesse - A partir de 6 ans - Souris - Campagne - Album à compter - Apprendre à compter - Cherche et trouve
Pages : 32
Parution : 5 septembre 2019
Merci aux Editions Marmaille & Cie pour cette lecture


A la campagne vit une famille très discrète de 10 petites souris. Un grand événement se prépare et la famille va bientôt s'agrandir. Chacun s'affaire à ses occupations, lorsque nos petites souris entendent un grand bruit "Vraoummm" !
Les propriétaires de la maison d'en face partent en vacances. C'est l'occasion rêver pour nos dix petites souris de se préparar un festin de maître !

Pour cela, il faut bien sûr partir en expédition jusqu'à la maison. 

Mais c'est sans compter le chat qui guette leur arrivée.... Nos petites souris vont devoir prendre la poudre d'escampette avec beaucoup d'intelligence pour se faufiler à travers les pattes de ce matou... et si elles peuvent rapporter avec elles quelques victuailles se serait formidable.


Une vraie merveille cet album !!

Nous voilà avec un album à compter absolument magnifique, tant au niveau des illustrations que cette histoire toute mignonne. 

Une histoire qui regroupe toute une famille de souris, mais nous allons plus particulièrement en suivre 3 (les plus aventurières dirons-nous). Elles partent en effet explorer la maison des voisins, et l'enfant est donc invité à suivre les aventures de nos petites souris dans leur expédition. Une expédition qui va les mener sur le chemin d'autres petits animaux, ou gros animaux.....(il y a un chat qui rôde tapi dans l'ombre...) et au cours de cette expédition, le jeune lecteur va donc devoir prendre part à l'aventure en contrôlant que les personnages nommés dans l'histoire apparaissent bien dans les illustrations. Nous avons donc un album à compter mêlé à un cherche et trouve. 

Le jeune lecteur participe donc à l'histoire, et c'est à chaque fois fort apprécié. L'enfant compte donc, de manière interactive, tous les éléments demandés. On a un travail d'observation qui se met en route, les enfants adorent. 

D'autant plus qu'il y a de nombreux détails à observer dans les magnifiques illustrations de notre auteure/illustrateure. Des illustrations splendides, sur des double-pages très riches et avec des dessins pour lesquels j'ai totalement craqué ! Une très belle coloration qui attire l'oeil, on a parfois même la sensation que les illustrations sont réelles tellement la coloration est superbe. 

En plus de ça, on fait une totale plongée dans une nature luxuriante et Florence Guittard nous montre une campagne absolument divine, ça donne envie. 

On lit, on cherche, on nomme, on compte, tout ça à travers une histoire à croquer et sans compter les magnifiques illustrations de Florence Guittard...

mercredi 29 janvier 2020

L'art du meurtre






Auteur : Chrystel Duchamp

Editeur : Editions L'Archipel
Collection : Suspense
Policier/Thriller - Suspense - Art - Art contemporain - Meurtre - Enquête - 
Pages : 262
Parution : 16 janvier 2020
Merci aux Editions L'Archipel pour cette lecture









Synopsis

Le corps de Franck Tardy, avocat à la retraite, est retrouvé dans son luxueux appartement du XVIe arrondissement. Il a été torturé, mutilé, puis assis à une table dressée pour un banquet. Un crime de toute beauté !
Dépêchée sur place, l’équipe de la PJ découvre que l’homme – un collectionneur – fréquentait les clubs sadomasochistes de la capitale. Et que, malgré sa fortune, il était à court de liquidités.
Quand le corps d’un autre amateur d’art – dont la mort a été soigneusement mise en scène – est retrouvé, le doute n’est pas permis : un tueur en série est à l’œuvre.
Pour le lieutenant Audrey Durand, cette enquête dans le monde de l’art contemporain sera-t-elle l’occasion de faire taire ses démons, ou se transformera-t-elle en une plongée hypnotique aux confins de la folie ? 

Nuits blanches en perspective pour Audrey Durand. Découragée par la quantité de travail qui l'attend... C'est dans ces moments là qu'elle se demande pourquoi elle a choisi ce métier de flic à la PJ... Pourquoi a-t-elle abandonné ses études d'art ? Elle était brillante à l'Ecole du Louvre, peut-être l'une des meilleures, et aurait pu devenir conservatrice de musée ou bien encore travailler dans les plus prestigieuses salles de ventes. Mais le décès de son père, alors qu'elle était en deuxième année d'étude, l'a anéantie. Elle aimait cet homme d'un amour inconditionnel. Alors, sans réfléchir, elle a tout plaqué. L'art, c'était terminé. Audrey voulait être flic, comme son père. Comme si, à travers ce métier, elle pouvait le ramener à la vie d'une certaine manière. Sa mère ne comprend toujours pas son choix, et n'accepte pas le fait qu'elle est tant de travail et qu'elle y passe ses nuits à se tuer à la tâche, comme son père... 

Aujourd'hui, l'art occupe toujours une place importante dans la vie d'Audrey. Elle écume les expositions de la capitale et les musées parisiens n'ont plus aucun secret pour elle.

Des nuits blanches, elle va en écouler encore plus que d'habitudes depuis cette découverte macabre. Dans un appartement luxueux du 16ème arrondissement de Paris est découvert le corps d'un homme, nu, torturé, mutilé, et placé dans une mise en scène des plus recherchée et des plus macabres. Un travail d'art...

Une immense table, dix chaises, dix couverts, un bouquet de rose séchées, une corbeille de fruits gâtés, une carafe de vin, un verre renversé. Une nappe blanche tachée. Le temps s'est figé sur cet instant quelconque, tel un repas de famille. A cette table, assis sur une chaise, préside cet homme, Franck Tardy. Il préside, nu, environ 70 ans. La putréfaction est à un stade avancé. 

Les premières constations d'Audrey et de l'équipe du 36 sont des sévices : avant-bras striés de griffures ; sur le torse, des entailles profondes réalisées avec une lame. On s'est acharné sur cet homme. Combien de temps a t-il dû endurer cela ? Une vraie scène de torture. Sur la table, un crâne humain. Et si l'on bascule le corps en avant de la chaise, on peut voir des chairs meurtries des omoplates jusqu'aux fesses. Une peau à vif... 

Franck Tardy, avocat à la retraite, plein aux as, un collectionneur d'art car l'appartement luxueux est un vrai musée à lui seul. Dans les premières investigations de l'enquête, Audrey va découvrir qu'il fréquentait les clubs sadomasochistes de la capitale. Et que, malgré sa fortune et toutes les œuvres d'art dont il était en possession, il était à court de liquidités. 

Du pain sur la planche pour Audrey et sa supérieure Patricia Levêque. Cinquante-cinq ans, Capitaine de Police depuis qu'elle est née. Elle a ça dans le sang, son boulot c'est sa vie. Elle est à l'écoute de ses équipes, et est un mentor pour Audrey. 

Beaucoup de nuits blanches en perspective pour Audrey, sans compter son addiction à l'alcool, à la drogue... tant de démons qui lui volent ses nuits. 

Lorsque le corps d'un autre amateur d'art est retrouvé, l'enquête se complique. Paul Mourond,  amateur de peinture, de photographie, de bande dessinée, retrouvé mort dans un décor lui aussi soigneusement mis en scène. Le temps est alors compté pour l'équipe du 36 car ils ont affaire à un tueur en série. Patricia, Audrey, et toute l'équipe vont devoir s’immiscer dans le monde de l'art contemporain qui pourrait avoir un lien dans ces mises en scène macabre. 
Pour notre lieutenant Audrey Durand commence alors une enquête minutieuse dans le monde de l'art contemporain, un monde qu'elle connaît bien. Mais lui sera t-il l'occasion d'émerger hors de l'eau et de faire taire à jamais les démons qui la hante, ou bien sera t-il celui qui la fera plonger encore plus profondément dans les addictions déjà bien présentes dans sa vie ?
Véritable coup de coeur et belle découverte !!

Voilà une enquête policière totalement addictive, et cela dès les premiers instants de lecture ! Premières lignes lues, on se retrouve en prise avec un thriller à la fois original, intéressant, et d'une grande addiction car le suspense est bien présent et il est bien difficile de se séparer alors de cette lecture. 

Le choix du monde de l'art contemporain pour ce thriller est vraiment très original et il vous embarque dans une découverte culturelle des plus intéressantes. On sent que Chrystel Duchamp baigne déjà dans le milieu de l'art et on sent qu'il y a, derrière l'écriture du roman, de la connaissance culturelle et de l'investigation. J'ai beaucoup aimé baigner dans ce milieu de l'art tout au long du roman même si je ne suis pas, moi-même, amatrice d'art tout particulièrement. Les mots de Chrystel Duchamp sont vraiment bien adaptés pour une personne lambda qui n'y connaît absolument rien en art. Aucune inquiétude, vous ne vous sentirez absolument pas perdu. Au contraire, elle transmet sa passion et donne l'envie d'en découvrir un peu plus sur ce milieu.

Nous plonger dans le monde de l'art contemporain, nous plonge également dans le quotidien des créateurs. C'est fascinant, intéressant, et en même temps ça peut être glaçant. L'art contemporain peut amener à découvrir des créations les plus folles, les plus tordues aussi, et les plus effrayantes. Il y a un côté psychologique intéressant à suivre sur ce sujet. Intéressant de découvrir également tout ce qui tourne autour de la cote d'une oeuvre d'art... 

L'enquête est, elle, rudement bien menée. Et vous en serez même ébahi !! Un suspense qui vous prend par surprise tout au long de la lecture jusqu'au dénouement !! Cela, pour notre plus grand bonheur de lecteur. Une fin qui ne vous laissera pas indemne, et c'est là tout le talent de Chrystel Duchamp. Donc, je peux vous dire que c'est pour moi une très belle découverte livresque sans compter qu'il s'agit là de son premier roman suspense.

Les personnages sont plein d'intérêt à suivre, et j'ai aimé voir leur évolution au fil de la lecture. Des personnages féminins avec un parcours personnel chaotique. Le personnage d'Audrey est hanté par ses démons, on le découvre petit à petit et on y découvre des addictions à l'alcool, à la drogue, à une vie nocturne dont elle émerge avec beaucoup de difficulté et parfois même aux dépens de sa vie. Autour d'elle, une mère omniprésente qui étouffe sa fille par sa relation toxique de faire ressentir sa présence en continu. Le personnage de Patricia est lui aussi intéressant. Patricia Levêque à la tête d'une équipe du 36, qui ne vit que pour son travail mais qui a également une vie personnelle mouvementée et en plein désarroi. 

Le style de Chrystel Duchamp est bon, il y a de la matière, il y a de la passion, il y a de l'investigation. Il y a du rythme, on est captivé dès les premiers instants et le rythme grimpe au fur et à mesure que l'on tourne les pages.

Vous comprenez donc pourquoi j'ai tant aimé cette lecture. 
Nous n'avons ici que du bon sur tous les points !! 
La présence d'un véritable suspense tout au long du roman et très bien alimenté 
pour que le lecteur passe un moment lecture incroyable, ajoutons à cela de l'originalité, 
des personnages attachants et captivants à suivre. 
Ne passez pas à côté de cette belle découverte, une pépite pour ma part !!

samedi 25 janvier 2020

Corruption




Auteur : Don Winslow
Traducteur : Jean Esch

Titre original : The Force

Editeur : HarperCollins France
Collection : Poche
Thriller - Roman Policier - New York - Corruption - Drogue - Armes à feu - Mafia - Politique - 
Pages : 560
Parution : 16 octobre 2019
Merci aux Editions HarperCollins pour cette lecture






Synopsis

Denny Malone est le roi de Manhattan North, le leader charismatique de La  Force, une unité d’élite qui fait la loi dans les rues de New York et n’hésite pas à se salir les mains pour combattre les gangs, les dealers et les trafiquants d’armes. Après dix-huit années de service, il est respecté et admiré de tous. Mais le jour où, après une descente, Malone et sa garde rapprochée planquent pour des millions de dollars de drogue, la ligne jaune est franchie.
Le FBI le rattrape et va tout mettre en œuvre pour le force à dénoncer ses coéquipiers. Dans le même temps, il devient une cible pour les mafieux et les politiques corrompus. Seulement, Malone connaît tous leurs secrets.
Et tous, il peut les faire tomber…

La Manhattan North Special Task Force était une idée de Denny Malone au départ. Une quantité de baratin bureaucratique décrit leur mission, mais Malone et les autres flics de La Force savent très exactement quelle est leur « mission spéciale ». Leur préoccupation : la violence, la drogue, les armes à feu...

La Task Force a été créée pour réprimer l’afflux de violence, de gangs vendeurs de drogues ou d'armes à feu. Des gangs qui infiltrent petit à petit la ville. Les flics qui font parti de La Force comptent parmi les flics les plus coriaces, les plus intelligents.

Denny Malone est « le roi de Manhattan North ». Lui et son équipe règnent sur les gangs : Crips et Bloods, Trinitarios et Latin Lords, Get Money Boys...et tant d'autres encore. 
Et comme dit Malone, ils ont intérêt à gouverner d'une main de fer, car leurs sujets sont noirs et blancs, portoricains, dominicains, haïtiens, jamaïcains, italiens, irlandais, juifs, chinois, vietnamiens, coréens. Tous se haïssent et s'il n'y avait pas de rois, ils s'entretueraient, plus qu'ils ne le font déjà. Ils seraient totalement incontrôlables s'ils ne savaient pas que des rois étaient là pour les décapiter.
Denny Malone est sergent du NYPD immensément reconnu auprès des siens, avec une carrière remarquable. Tout le monde sait que sur la Task Force c'est Malone et les autres rois inspecteurs qui y règne et non Sykes, nommé dirigeant de la Task Force. 

Les infiltrés sont leurs espions, les flics en uniforme leurs fantassins, les flics en civil leurs chevaliers. Et ils ont conquis leurs couronnes à la dure, à l'image des guerriers de l'ancien temps. Ils ont commencé dans les rues avec des flingues et matraques, des tripes, de la matière grise et des couilles. Ils ont gravi les échelons grâce à leur connaissance de la rue, grâce au respect gagné. Ils se sont fait une réputation de chefs coriaces, forts, impitoyables et justes en administrant une justice brutale avec une compassion inébranlable. Il rende justice. Et Malone est le roi des rois. Manhattan North est son royaume. Comme n'importe quel roi, ses sujets l'aiment et le craignent, le vénèrent et le détestent. Et il n'a pas de véritable ami. Sauf ses équipiers, Russo et Monty, ses frères rois. Il est prêt à mourir pour eux.

Cette unité d'élite a carte blanche pour vaincre les gangs des rues, dealers, vendeurs d'armes à feux. Chaque jour de leur vie, Malone, Russo et Monty, pense "H24" à leur boulot et cela depuis près de 20 ans. "H24", ils sont les témoins de meurtres abominables, de tortures impensables, cela même sur des enfants... Témoins des horreurs les plus féroces. Alors servir et protéger leur ville, leurs quartiers, leurs habitants, ils savent. Une ville qui s'est bâtie par l'ambition et la corruption et bien entendu personne n'est tout blanc dans l'histoire, tout le monde a touché son petit pot de vin.
Beaucoup de pression s’abat sur les épaules de Malone et ses équipiers, une pression qui vient d'en haut pour que leurs statistiques sur la criminalité, les armes à feux, la drogue dans les quartiers restent au plus bas.

Mais pour parvenir à satisfaire tout le monde, et les hauts dirigeants de la ville, et les citoyens lambdas, et les chefs de gangs, Malone et ses équipiers ont eux aussi joué un certain jeu. Si le résultat pour tous est celui que chacun souhaite, quel en serait le problème ? Alors Malone et ses équipiers sont rentrés dans le jeu de la corruption, pour satisfaire tout le monde. Dans l'histoire personne n'est propre, y compris Malone et ses équipiers. Ils ont planqué des millions de dollars en drogue et en argent. Ils ont fourni à quelques uns des pots de vin de leurs coups en douce. Le problème est que le FBI rattrape Malone pris au piège et coincé par les fédéraux qui ne veulent qu'une chose, qu'il dénonce ses coéquipiers et tout ceux qui ont pu tremper dans la corruption. Il devient également la cible des mafieux et de certains politiques corrompus. Malone connaît les secrets de chacun, il peut tous les faire tomber.
Se sauver ou trahir...
Waou, quel roman !!!

Un roman d'une force incroyable, égale à son titre anglais "The Force". Dès les premiers instants de lecture, vous êtes vraiment happé par cette histoire intense. Une histoire de corruption, de flics. Alors oui, vous pourriez me dire que c'est assez banal comme thème. Sauf que tout se joue sur la superbe narration de l'auteur. Une narration d'une grande justesse qui permet de ressentir la moindre émotion, la moindre description de tous les faits qui se passent dans le roman. A la lecture, vous avez face à vous des images vives et terrifiantes également et d'un très grand réalisme.

Une histoire de flics qui vivent des moments d'une grande violence, c'est leur vie mais pourtant pour rien au monde il ne voudrait en changer. L'auteur ne fait pas de cadeau, et pourtant malgré la violence des choses il ne rend pas le roman glauque, enfin moi je n'ai pas ressenti ça comme cela. 

Les mots sont forts, justes, percutants, il y a un fort langage qui ose parler ouvertement du racisme, de la drogue, de la violence, sur des adultes comme sur des enfants, des bébés... On ne cache pas l'horreur dans ce roman. On est forcément touchés par les mots, par l'histoire et il est bien difficile du coup de lâcher la lecture. 

Le personnage de Malone est incroyablement intéressant. Un flic qui a une brillante carrière, qui ne vit que pour son travail de flic au dépend de sa vie familiale. Un flic qui veut satisfaire tout le monde, qui veut éradiquer la violence, la drogue, les gangs. Mais un flic corrompu tellement il baigne dedans. Un homme fort, dur, qui sait se faire respecter mais lorsqu'on découvre ce qui se cache en-dessous de sa carapace, on y voit de la vulnérabilité. 

Psychologiquement parlant, ce roman est intense aussi et vraiment très intéressant sur bien des points. Sur le monde politique, sur la mafia, mais dans un autre registre il est intéressant émotionnellement parlant. Qu'est ce qu'un homme est prêt à faire lorsqu'il se retrouve coincé. Comment réagir, comment prendre la bonne décision ? Répondre à ce qu'on nous demande, livrer ceux qu'il côtoie tous les jours et qui sont même devenus ses amis ? Mais comment vivre en toute quiétude si on trahi les siens....  L'auteur, là aussi, a les mots justes et forts. En plus de cela, Don Winslow arrive à nous faire ressentir les émotions de Malone, ce qu'il vit à l'intérieur, ce qui le ronge. 

L'histoire de ce roman est tellement réelle, grave et forte, qu'elle vous prend aux tripes. La pression sur des hommes vient de partout. Des hommes de pouvoir qui veulent que leurs statistiques soit au beau fixe mais qui ne veulent pas savoir comment le travail est fait pour que ces fameuses statistiques soient au beau fixe. Ou bien, ils s'en doute mais se cache les yeux. De la corruption, on le sait, il y en a partout dans les villes hélas. L'auteur mais les mots là où il faut. 

Et puis dans ce roman, on vit le quotidien de flics mais aussi de femmes de flics. Un quotidien franchement pas facile, d'une dureté hallucinante. Comment vivre tout les moments que ces flics traversent... découvrir des enfants torturés, tout ça pour de l'argent.... Ils vivent dans l'horreur, et comment vivre avec ça ?....  Et des femmes de flics qui savent que leurs maris sont prêts à tout pour leur métier....pour vivre cela, elles se soutiennent entre elles... 

Les droits de ce roman ont été achetés pour être adapté en film. Mais en tout cas, le roman est plus que parlant grâce à la magnifique narration de l'auteur et au fait qu'il ose parler de tout. 

Un grand moment lecture, une histoire percutante et une narration époustouflante.