vendredi 14 août 2009

Le paradis perdu de Mercury






Auteur : Brad WATSON
Traducteur : Jacques TOURNIER

Titre en anglais : The Heaven of Mercury

Editeur : Le Livre de Poche
Collection : Littérature & Documents
Roman - Saga familiale - Années 20 - Mississippi
Pages : 441
Parution : Mars 2007







4ème de couverture :

Finus Bates est tombé amoureux de l’élégante Birdie Wells, un jour de 1917 où il l’a vue faire la roue, toute nue au milieu des arbres, aux environs de Mercury, petite ville endormie du Mississipi. Il a continué de l’aimer quatre-vingts ans durant : pendant leurs mariages respectifs, au moment de la mort mystérieuse et prématurée de Earl, le mari volage de Birdie. Somptueuse peinture de l’amitié de toute une vie, d’une passion toujours vive, d’affrontements conjugaux et de compromis, de l’âge qui vient, Le Paradis perdu de Mercury dépeint brillamment les bonheurs de l’existence.

Un monde superbe, merveilleusement décrit [...]. Un livre qui fascine par sa puissance, sa maîtrise et son propos.
 François Busnel, Lire

A l'instar des grans romans de Faulkner, de Giono ou de Garcia Marquez, Le Paradis perdu de Mercury nous parle d'un lieu minuscule qui, par la grâce de l'écriture, l'envoûtement du récit, est aussi vaste que le monde, aussi familier que nos propres vies. Michèle Gazier, Télérama.


L’auteur décortique la vie locale de Mercury, petite ville du Mississipi. Lui-même est né dans une ville du Mississipi et il s’en serait inspiré.

Deux personnages guident la trame du livre, Finus Bates, journaliste d’un journal local et notamment des rubriques nécrologiques ; et Birdie Wells, femme au foyer. 

A travers l’amour que Finus porte envers Birdie depuis ce jour de 1917 où adolescent il l’a vue faire une roue en tenue d’Eve en plein cœur d’une clairière, nous découvrons la vie de la ville de Mercury sur quasiment un siècle.

En fait, nous découvrons la vie de tous ceux qui entoure Finus et Birdie. Chaque chapitre, pas particulièrement référencés dans l’ordre chronologique, nous conte une scène de vie d'un de leurs proches ou habitants de la ville de Mercury, qu’ils soient bons ou mauvais, qu’ils soient noirs ou blancs. 
Et au cours du siècle, la vie n’a pas été la même pour la communauté blanche et pour la communauté noire, pas eu les mêmes privilèges … 

Nous avons donc des tranches de vie de : Finus tombé amoureux de Birdie depuis son adolescence et qui le sera toute sa vie durant malgré qu’il se soit marié à une autre femme. 

Tranche de vie également de Birdie, qui s’est mariée jeune à Earl, qu’elle sait être un mari volage, mais elle s’en accommodera. 

Tranche de vie de Earl, marchand de chaussures et mari volage de Birdie, entouré d’une famille haineuse et qui mourra jeune d’une façon plutôt mystérieuse ce qui sera aussi un fait du roman. 

Tranche de vie de Avis, la femme de Finus, qui lui aura plutôt mis le grappin dessus sans que celui-ci en soit amoureux. 

Tranche de vie de Creasie, la domestique de Birdie et Earl ; une femme noire qui restera toute sa vie durant la domestique de la famille et qui tant bien que mal résistera aux méandres de la vie d’une femme noire américaine en ce « milieu » de 20ème siècle. 

Tranche de vie du vieux Junius, père de Earl, qui abusera de Creasie. 

Tranche de vie de Parnell Grimes, l’embaumeur de cette petite ville qui a bien d’étranges secrets à nous révéler. 

Et encore bien d’autres histoires liées à ces personnages. Des tranches de vies qui ne seront pas spécialement heureuses. L’auteur aborde différentes facettes de la vie, l’amour, l’amitié, le bonheur, l’envie, la jalousie, le vieillissement, la haine, la mort…

Une jolie découverte.



Tous les chapitres sur ces tranches de vie sont liés ensemble ce qui forme un beau roman.  

Malgré quelques lenteurs dans certains chapitres, ce livre vous prend et vous transporte dans cette ville poussiéreuse perdue dans le Mississipi. 

Le réalisme de la vie des blancs et des noirs y est fort bien conté, le dur labeur de la communauté noire face aux privilèges des blancs.


On s’attache à ces nombreux personnages, à ces bribes de vie d’hommes et de femmes d’un état ségrégationniste du sud de l’Amérique. On s’attache à Finus, cet homme qui par son travail de journaliste nécrologique vivra continuellement avec la mort. Un homme qui sera amoureux de la superbe Birdie pendant près de 80 années mais cet amour ne pourra se concrétiser. 


La mort de Earl viendra ajouter une enquête au roman. 

L'écriture est superbe. Brad Watson est un écrivain américain inspiré par William Faulkner, il est né dans le Mississippi et s'en est inspiré pour la description de Mercury. 



Voilà un beau roman où se mêlent aux habitants de Mercury
 les fantômes de ceux qui y ont vécus...



Livre déjà lu et chroniqué sur mon ancien blog en Août 2009





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de votre passage sur le blog !